Le don du sang

Je flânais tranquillement sur les Internets quand j’ai vu quelque chose passer sur le don du sang… Mais laissez-moi d’abord vous raconter une petite histoire.

 

Ceux qui me suivent depuis quelques temps sont au courant de ma maladie, et pourtant, très peu de gens savent que j’ai failli mourir il y a presque 10 ans (ça fera 10 ans le 7 mai prochain, il y a des dates qu’on n’oublie pas). En effet, être malade ça ne me suffit pas, j’aime bien être une fille originale, donc en prime, j’ai un gros risque hémorragique (paraît que quand les chirurgiens m’ouvrent, j’ai tendance à me vider grassement sur leurs pieds, c’est d’une élégance divine).

 

En 2003 donc, j’ai 15 ans, et en vue de la très grosse opération que je dois avoir dans les prochaines semaines, on me fait donner mon sang. En théorie on ne donne pas son sang à 15 ans, je vous rassure. D’ailleurs, ils m’ont prélevé une poche « adulte » ce jour là (il existe deux tailles de poches). En prévision, le matin avant de partir, mon daddy m’a collé un patch anesthésiant à l’intérieur du coude. J’ai passé le trajet à me tapoter le coude voir si je sentais toujours. Je me souviens très bien de ce jour là. Arrivé là bas, mon père n’a pas pu regarder (en bon père qu’il est, voir souffrir ses enfants est au delà du tolérable) & mon petit frère (à peine 10 ans à l’époque) est resté à côté de moi. Les piqures, j’y suis habituée depuis toute gosse alors ça me fait un peu ni chaud, ni froid. Donc quand l’infirmière s’est approchée avec une aiguille qui, dans mes souvenirs de gosse de 15 ans me paraît faire la taille d’un stylo, j’ai scruté tout ça parce que je voulais voir. Mon frère à pleuré, persuader que je souffrais le martyr pendant que l’aiguille traversait ma peau. Que nenni petit, leur crème miracle fait que j’ai l’impression que la dame en blanc pique quelqu’un d’autre ! Bon bien sûr, avec tout ce qu’on m’avait volé, j’ai failli finir par terre (merci papa pour le rattrapage in extremis). Et puis après c’est petit dej à l’oeil et hop on repart comme si de rien n’était.

 

Bon bien sûr il y a une fin moins joyeuse, vous vous en doutez vu l’introduction. Pendant l’opération j’ai fait une grosse hémorragie qui a entraîné un arrêt cardiaque. Il a fallu le sang de 3 inconnus pour me sauver ce jour là. 

 

 

Je pense sincèrement qu’on sous estime le besoin réel en sang tant que ça ne touche pas quelqu’un dont on n’est proche. Bon, en ce qui me concerne bien sûr je ne parle pas de moi, tout ceci je vous le raconte mais je l’ai vécu sans le vivre, on me l’a raconté. Mais c’est pourquoi il est important de donner son sang. Surtout si votre groupe sanguin est « rare ».

 

Je ne crains pas les aiguilles – heureusement pour moi d’ailleurs – alors je donnerais mon sang sans problèmes… Si je le pouvais. Car oui, depuis que j’ai été transfusée, j’ai interdiction de donner mon sang. Je vous fait cet article car ça faisait un moment que je voulais aborder cet élément : pourquoi certaines personnes ne peuvent pas faire de don du sang ?

 

Voilà ce que dit le site dondusang.org:

Pour les personnes ayant déjà subi une transfusion sanguine, une greffe d’organe, de tissus ou de cellules, le don de sang n’est pas possible. Cette mesure est fondée sur le principe de précaution et non sur un risque ou un agent aujourd’hui identifié. Elle a été prise le 15 septembre 1997 par le ministère de la Santé, après avis du Comité de sécurité transfusionnelle, dans un souci de protection du malade et du donneur. L’objectif visé par cette mesure est l’amélioration de la sécurité transfusionnelle, en rompant le plus précocement possible une chaîne potentielle de transmission pour des agents hypothétiques ou non encore identifiables, ou dont la pathogénicité n’est pas encore documentée.

 

Je mentirais si je disais que ça ne me fais pas chier, mais si l’interdiction a été décrétée, je ne peux qu’estimer qu’elle est juste – je ne suis pas médecin après tout. Mais vous, si vous êtes en bonne santé, pensez aux vies que vous pourriez sauver en prenant 1H de votre temps pour donner. Toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin afin de savoir si oui, ou non, vous pouvez donnez sont ici. N’oubliez pas, par ailleurs, qu’on peut aussi donner des plaquettes et du plasma.

 

Je sais que ce débat reste proche de celui du don d’organes alors je me permets de déborder un peu là dessus… Personnellement, je ne conçois pas qu’on puisse sauver des vies et qu’on ne le fasse pas. Mes parents savent qu’en ce qui me concerne, il faudra prendre tout ce qui est récupérable lorsque je ne serais plus là. De toute façon, je n’en aurais plus l’utilité et je n’ai pas l’intention de pourrir dans une boîte. J’aimerais que les gens qui sont contre me disent comment ils réagiraient si une personne de leur famille proche (père / mère / frère / soeur / enfant) se retrouvait en attente d’un don ? J’essaye très fort de comprendre, chacun est maître de son corps évidemment, mais je vous jure que ça me dépasse totalement. Après, n’abordons pas les aspects religieux qui, pour moi, sont tout autres que le simple fait de ne pas se vouloir « éparpillé ». J’ai aussi un peu l’impression que c’est une question de génération. Je ne sais pas. Bref, j’ai dis ce que j’avais à dire, je lirais chaque commentaire avec une précieuse attention et ne manquerais pas non plus d’y répondre.

 

Je suis vivement intéressée par les avis de gens qui ne veulent pas donner, leur sang ou autre. Juste pour essayer de comprendre…

 

Le petit P.S qui semble nécessaire : je ne JUGE PAS les gens qui ne font pas de dons de sang. Et je ne parle pas des gens « phobiques » des aiguilles, bien que, comme il a été prouvé en commentaires, certains ont dépassé ça. Je parle vraiment des gens qui n’ont aucune raison physique/psychologique de ne pas donner leur sang et qui refusent pour autant – je ne dis pas « ne le font pas » car on a tous une feignasse au fond de nous.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


95 réponses à “Le don du sang”

  1. Ln dit :

    Moi dès ma majorité j’ai souhaité donner mon sang. A cette époque-là, je ne pesais pas le poids qu’il fallait (50kg minimum), quelle fut ma frustration ! Une fois ce poids atteints, il a encore fallu que j’attende car je revenais d’un voyage en Afrique…mais maintenant, tout est ok et je suis reconnaissante de pouvoir donner.

    Le don d’organes, je dis oui aussi ! Ca me semble être une évidence, après, comme dit, chacun ses opinions.

    Merci pour ton témoignage, touchant, comme d’hab.

    • dellelicious dit :

      j’ai l’impression que le poids c’est problématique pour beaucoup de filles – si tu fais moins d’1M60 c’est parfois difficile de faire + de 50kg…

      • Ln dit :

        Dans la logique des choses oui…après moi je fais 52 kg, rien de mirobolant, mais ce sont deux kilos qui changent tout, ne serais-ce que pour moi : ma tension est beaucoup plus saine grâce à ces deux kilos en plus…comme quoi grossir a du bon : pour soi et pour les autres !

  2. elleveutmaigrir dit :

    Honnêtement, et c’est totalement ridicule et idiot, je le sais, je n’ai pas encore « osé » donner mon sang. Peut-être ça vient du fait que j’ai vu ma mère le faire et tomber dans les pommes ensuite, et pour une gamine, ça fait tout bizarre?
    J’envie limite les gens qui le font, et je me trouve tellement ridicule et égoïste avec ma petite peur là… En plus, je suis assez douillette. Et les infirmières trouvent jamais mes veines et s’y reprennent à 3 fois :D
    Y aller entre potes, ça dédramatiserait le truc ? Faut que j’y réfléchisse.
    C’est pas très philosophique ce que je raconte hein, rien à voir avec les méandres de la religion ou autres : juste je flippe ma race.

    Par contre, pour les organes : allez-y c’est open bar !

    • dellelicious dit :

      Tu m’as fait rire avec ton « open bar ». Essaye de te procurer en pharmacie les patchs anesthésiants si ils sont toujours ok et oui, je pense qu’entre pote c’est plus cool (je sais que mes copines font ça)

  3. Tiffany dit :

    Et ben c’est un très bon article :)
    Moi non je ne comprend pas beaucoup les gens qui ne veulent pas. Je suis un peu comme toi, obsédée par l’idée de vouloir donner mon sang ! Bon bien sûr en tant que bonne jeune fille de notre génération, je suis anémiée et les médecins ouvrent toujours de grand yeux ronds quand je leur dit que « si, si, je fais 54 kilos, je peux donner mon sang ! » et sont donc souvent réticent –‘
    MAIS ! Ma période d’interdiction-pour-cause-d’anémie se termine le 4 septembre, donc je ne fais pas un dessin : le 5 j’y suis, surtout que j’ai fait une cure de fer, EXPRES !!! Bon par contre je déchante pas mal, parce que dans ma famille « on absorbe pas le fer », je sais pas si c’est génétique mais si cette fois-ci ça ne marche toujours pas (ça fait 3 ans que je me bat pour le donner !), je me met aux autres dons : plasma, plaquettes (je ne sais pas encore quoi :) ).
    En tout cas courage pour ta maladie, et j’espère que tu n’en n’auras plus besoin, ou si jamais que tu pourras en avoir :)

    • dellelicious dit :

      Bon courage pour quand tu donneras, j’espère que ce sera positif. J’ai l’impression que la frustration qu’on développe quand on ne peut pas vire à l’obsession après ^^

      • Tiffany dit :

        Oui, je crois que c’est un peu pour ça ^^ Frustation = obsession, ça marche pour tout ;)
        Merci, j’espère aussi que ce sera positif, sinon, il me restera tjrs le don d’organe, mais là j’espère surtout que ce ne sera pas pour tout de suite ^^

  4. Cécile dit :

    J’aimerais donner mon sang mais on le veut pas… J’ai la chance de n’avoir jamais connu/de de connaître personne ayant besoin de transfusion/don d’organes, mais je sais que cela est important, j’ai ma carte de donneuse d’oragnes d’ailleurs et tout le monde connaît ma position.

  5. judiline dit :

    Je ne peux qu’approuver tout ce que tu dis.

    J’avais à peine ma majorité depuis 2 jours quand j’ai donné mon sang pour la 1ère fois, et je continue de le donner… et pourtant j’ai une peur bleue des aiguilles (du genre à tomber dans les pommes quand on me fait un vaccin). MAIS, pour le don de sang, je sais pas ce n’est pas la même sensation (bon je tombe encore dans les vappes après la prise mais bon ce n’est qu’un détail.).

    Quant au don d’organe, j’ai également du mal à concevoir qu’on soit contre. Lors d’un débat en famille à ce sujet, j’ai été surprise de voir que mon cousin était farouchement contre. Je ne comprends toujours pas pourquoi malgré ses explications (« chacun fait ce qu’il veut » « on est tous différents, mes organes n’iront à personnes » etc.. o_O). Je ne peux qu’encourager celles/ceux qui n’en parle pas avec leur proche de prendre la carte de donneur d’organe, au cas où.

    C’est pas tous les jours qu’on peut faire une action qui peut sauver des vies, alors pourquoi s’en priver quand on en a l’occasion.

    • dellelicious dit :

      J’aime beaucoup ton état d’esprit – évidemment quasi identique au mien ! C’est vrai que, comme le dit la pub, il est important que l’entourage connaisse notre avis sur le don d’organe, ce n’est pas rien !

  6. LuCioLe dit :

    Je suis comme toi dans l’incapacité de donner mon sang pour sauver une personne ou bien un don d’organe car j’ai été transfuser suite à un grave accident de scooter dans lequel j’y failli y passer il y a presque 20 ans.

    Théoriquement tu peux le donner, je l’ai déjà fait mais ton sang va en laboratoire pour qu’on fasse des tests dessus, des recherches etc donc j’aime à me dire qu’il sert quand même, même si dans l’état il ne sauvera pas une vie, ou n’aidera pas quelqu’un à terme j’aime à penser que si !

    J’ai toujours voulu donner mon sang, toujours voulu proposer mes organes au cas où il m’arriverait malheur et que ça pourrait aider quelqu’un c’est fort dommage de ne pas pouvoir le faire à cause de ça …

    Ce qui m’étonne le plus c’est qu’au final on dit que les transfusions ne sont pas dangereuses, que les tests sont sûrs à 100% mais au final ben on n’a pas réellement confiance vu qu’il refuse …

    Bref, tout ça pour dire si vous avez la possibilité de le faire donnez votre sang c’est très important, ça nous a sauver toutes les deux et ça peut en sauver d’autres ! Si on le pouvait on le ferait aussi ^^

    • dellelicious dit :

      Ah bah tu vois, tu m’as appris quelque chose, je ne savais pas que le sang de transfusés pouvait tout de même « servir » un peu ! Merci pour ça !

      • LuCioLe dit :

        Oui j’ai vu le faire trois fois depuis ma transfusion mais ça fait un moment que je n’ai pas eu l’occasion de le faire, peut-être que ça a changé depuis mais je ne pense pas

  7. Marine Noey dit :

    Hey ^^ Alors je me permets de réagir parce que je suis non seulement donneuse de sang régulière mais aussi bénévole au sein d’une association étudiante qui travaille main dans la main (et souvent main dans ta gueule, mais c’est une autre histoire) avec l’Etablissement Français du Sang (EFS) sur les universités toulousaines (= AMIDONS Toulouse), c’est-à-dire que nous nous chargeons d’organiser les collations et qu’on se charge de toute la partie « pub » de la chose.

    Et comme donc on gère la collation et faisons la pub on a souvent l’occasion de parler avec les donneurs ou ceux qui se posent des questions avant le don. On voit souvent des gens qui ont peur, mais pour plein de raisons : peur de faire un malaise, peur d’avoir mal, et même peur de la simple sensation de son sang qui quitte son corps…

    Je déconseille aux gens d’y aller seuls pour une première fois s’ils ont peur ; c’est ce que j’ai fait (je me suis forcée, j’étais phobique) et comme j’étais toute seule, non seulement j’ai fait une crise de panique mais il m’a fallut plus de 3/4 d’heure pour me remettre d’une simple prise de sang… Avoir quelqu’un à ses côtés pour tchatcher et se distraire, « dédramatiser » le don, ça n’a pas de prix. Mais souvent (j’en témoigne et pour en avoir parlé avec pleiiiiiiiin de donneurs), une fois le pas franchi, la peur passe (je suis quand même passée de « tu m’approches avec ton aiguille jte l’enfonce dans l’oeil » à « oooh regarde j’ai déjà perdu plein de sang c’est cool ! »)

    Ensuite, au niveau des malaises, j’en ai jamais fait, mais ça dépend des personnes : on ne peut savoir si on y est sujet avant d’avoir essayé… De la même manière, certains infirmiers peuvent faire un peu mal mais d’autres sont juste super doués et on sent rien. L’avantage si vous venez sur les collectes des universités toulousaines, vous venez à la collation et vous demandez qui ne fait pas mal, en général on les connait et on les a testés xD

    En tout cas, si vous voulez faire un don du sang, pour que tout se passe au mieux, il y a certains petits trucs à savoir :
    – Il ne faut pas être fatigué
    – Il faut s’être goinfré avant (pas de ventre vide, même si vous comptez allez déjeuner après, c’est très mauvais ; il faut vous forcer. De la même manière, comme il faut bieeeen manger APRES, l’excuse du « je viens de déjeuner » ça passe pas, il faut bien manger AVANT et APRES)
    – Il faut BOIRE ; plus vous avez bu avant votre don, plus le sang est fluide, donc niveau veines c’est mieux et niveau débit sanguin aussi (ça coule tout seul !)

    Enfin, pour conclure, j’ai perdu mon cousin d’une maladie (mucovisidose) et c’est pour ça que je me sens très concernée par les dons possibles. Malheureusement comme je suis trèèèèès asthmatique, je ne peux donner ni moelle, ni plasma ni plaquettes (les deux derniers à cause d’un oedème de Quincke quand j’avais genre 6 mois quoi) et ça me saoule assez (surtout que j’ai déjà donné plasma, le doc ne m’ayant pas posé la question et que ça c’était très bien passé. M’enfin)

    Tout ça pour dire qu’il faut toujours tenter au moins une fois, rassembler toute sa motivation, un ami en cas de possible besoin de broyage de main et se lancer… Et personnellement je conseille d’aller sur les collectes universitaires parce qu’en général les bénévoles sont toujours sympa, attentionnés et tout alors qu’en maison du don ou site ponctuel on est tout seuls, c’est froid et pas sympa (pour vous dire la dernière fois, il y a quelques jours, Place du Capitole, les bénévoles étaient jamais là, toujours en train de foutre autre chose et j’étais tellement révoltée par cette indifférence que j’ai failli simuler un malaise pour voir leur temps de réaction. Mais ça c’est vraiment le pas dbol…)

    Ouh, ctun roman tout ça :$

    • dellelicious dit :

      C’est un roman certes, mais un roman intéressant ! Merci pour les conseils, je ne me rappelais même pas qu’il était bon de boire avant même une prise de sang (mais je note, je note) ! je vais repréciser en fin d’article que les intéressés DOIVENT lire les commentaires ! Merci beaucoup !

      • Marine Noey dit :

        Avant les prises de sang je sais pas, faut pas être genre à jeun ? J’en ai pas fait depuis, pfiou ! Longtemps (bah oui, j’étais encore dans ma phase « ton aiguille jte l’enfonce dans l’oeil si tu t’approches » et j’ai pas eu à en refaire depuis) Donc vaut mieux vérifier, en plus souvent on a vu des premiers donc arriver ventre vide justement parce qu’ils confondaient don de sang et prise de sang… En tout cas pour le DON oui faut boire ^^

        • dellelicious dit :

          En fait tout dépend pourquoi on te pique… La dernière fois (la semaine dernière) on voulait contrôler ma thyroïde et je ne sais plus quoi, du coup pas de problème…

        • Marine Noey dit :

          Ah bah voilà, je le saurais XD En tout cas, si il y a des toulousaines qui lisent que ça intéresse d’avoir les dates de collectes sur les facs UT1 / UT2 / UT3 ou qui veulent aller donner à Toulouse et ont besoin d’une main à broyer ya qu’à le dire (jle dis, au cas où ^^)

    • Marine Noey dit :

      Ah et je ne comprends pas forcément non plus ceux qui ne VEULENT pas, je trouve ça débile surtout qu’en général les gens n’ont pas de raison particulière, juste ça les fait chier ; je me suis engueulée une fois avec une amie de groupe O- que ça emmerdait bêtement parce qu’elle avait pas envie. Perso je suis A+ et ça me tue de me dire que j’ai un groupe sanguin bateau et que je donne 4 fois / an alors qu’elle est O-, donneuse universelle, et ne fait pas de don mais ne sait même pas pourquoi elle en a pas envie. Bref xD

      • dellelicious dit :

        J’ai la chance d’avoir une majorité d’amis qui se sentent concernés et vont donner en groupe dés qu’ils en ont l’occasion… Mais effectivement, étant moi-même 0-, quand tu sais que tu peux donner à tout le monde, je sais pas, merde, tu te bouges !

  8. Ninanthea dit :

    C’est un chouette article que voila !
    Je fais bien entendu partie des ‘connards’ qui ne donnent pas leur sang (connasse inside, chuuut), principalement parce que c’est pas possible.
    Je peux pas donner mon sang o/ Aheum (faut être chaste ou « marié », c’est fou ça :o) (et faudra leur dire de revoir leur vocabulaire… multipartenariat… WTF)
    Et puis j’ai la « chance » d’être impossible à piquer pour une prise de sang… Il faudrait m’attacher, m’anesthésier en entier (sinon je fais une crise de panique über violente) et y aller au couteau. Coucou les veines trop fines qui pètent et qui bouchent l’aiguille.
    Je suis un combo du sang. (et j’ai pas parlé de mes anémies chroniques ahah)
    Tant pis, je ne sauverai personne… (Je connais même pas mon groupe sanguin, si ça se trouve j’suis un truc rare en plus)
    (Bon par contre, quand je serais morte, la médecine aura le droit de jouer avec mon corps. Quand t’es mort, tu t’en fous un peu si tes organes sont partis en vacances ailleurs… donc autant qu’ils ‘pump it up’ ailleurs, même si j’suis pas là pour gérer leur alcoolémie.)

    PS : Héhéhé.. poutam cala mmmou mmouu mmmou ? (http://www.youtube.com/watch?v=eC_gjrbULGA) (je rattrape le niveau de mon commentaire là)

    • dellelicious dit :

      Tu m’as fait rire xD
      Si tu as les veines qui ont déjà du mal rien qu’avec une prise de sang, effectivement, avec un tranfu ça ne va pas être possible vu l’aiguille !

  9. Chris dit :

    Sang, organes, etc. on peut tout me prendre s’il m’arrive qqchose mais celui qui touche à mes livres je reviens lui botter les fesses.

    Je projette d’ailleurs d’organiser ma bibliothèque par type d’organe :
    – celui qui hérite de mon coeur aura les romans de poésie & Co
    – celui qui se fera greffer mon foie aura mes livres sur la bière
    – celui qui aura mes poumons bénéficiera de mes ouvrages sur les huiles essentielles
    – pour les mains ce sera mes livres de plantes (main verte toussa)
    – pour l’estomac il aura droit à mes bouquins de cuisine
    – pour le sang je dois bien avoir un ouvrage de vampire qui traine
    et celui qui aura mon cerveau sera déjà bien assez dans la merde comme ça …

    Plus sérieusement je pense quand même que l’histoire du sang contaminé est toujours présente dans la tête de certains qui pensent que l’acte du don reste soumit à des risques pour eux. Ajouté au fait qu’il y a quand même pas mal de gens qui ont une certaine peur du milieu hospitalier, de l’aiguille, etc. ça doit freiner du monde. Et puis ça prend un peu de temps ma bonne dame, on est pressé dans ce monde ;)

    • dellelicious dit :

      Ce commentaire m’a fait beaucoup rire, au moins tu a été original.
      Oui enfin, on est au 21ème siècle, faut se détendre et peut être aller voir comment se font les choses maintenant (je pense qu’accompagner quelqu’un une fois est une bonne chose avant de décider de donner son sang, on sait complètement à quoi s’attendre comme ça).

      • Arkan dit :

        J’suis comme ça moi, tendance orignal … heu original ;)

        Bien sûr je suis d’accord avec toi. Ce que je voulais mettre en avant c’est que pour beaucoup de gens ce n’est pas un sujet à l’ordre du jour (pour x raisons) et que même s’ils ont l’idée une fois de vouloir franchir le pas (pour y raisons aussi), la moindre petite ‘excuse’ peut freiner : la piqûre, la peur du risque que le matériel ne soit pas sain, les légendes urbaines, etc.

        Les affaires du sang contaminés ça date pas de longtemps (années 80/90) je pense vraiment que c’est toujours dans la tête de pas mal de monde tellement ça a fait scandale. A l’époque on devait présenter ça aussi comme un acte banal sans risques. Après j’essaye pas d’excuser non plus, faut se prendre en main et y aller (perso j’y vais que pour les bonbons et le jus d’orange).

  10. moi je ne peux pas donner mon sang because les 50kg, mais je ne vois pas d’nconvénient à donner mes organes par la suite.
    maintenant, j’en connais qui sont contre le don d’organes, parce qu’ils pensent que s’ils disent oui, les docteurs ne feront pas tout pour les sauver. je pense que c’est idiot, mais c’est dur de lutter contre des croyances totalement irrationnelles.

    • dellelicious dit :

      C’est une opinion intéressante rapport à ce que tu dis sur le don d’organe, je t’avoue que ça ne m’avait ABSOLUMENT pas traversé l’esprit… Je pense que les médecins demandent si la personne est donneuse si elle est dans un état type mort cérébrale ou coma profond depuis longtemps, non ? Je regarde peut être trop de séries moi ^^

  11. lullyjuw dit :

    Je n’ai jamais donné mon sang.

    Ce n’est pas que je n’en ai jamais eu envie, ce n’est pas que je n’y ai jamais pensé. Loin de là.
    Simplement ça se fait peu dans mon entourage et lorsque j’ai croisé les fameuses tentes éphémères pour donner son sang je n’avais pas le temps ou pas la forme nécessaire.. Entre autre.

    Parce qu’il y a une chose que je reproche à ce système : c’est le coté un peu accusateur et culpabilisant qu’il peut comporter.
    Exemple : J’ai actuellement des relations sexuelles sans préservatif. Pourquoi ? Pas parce que je suis une conne inconsciente. Juste parce que je prends la pilule, j’ai confiance en mon partenaire et nous avons tous les deux effectués un dépistage il y a peu (avant d’enlever le bout de plastoc of course). Ce gaillard là, je le connais « bibliquement » depuis moins de 6mois. Je n’ai donc pas le droit de donner mon sang.
    En fait j’ai l’impression d’être jugée pour avoir une vie sexuelle épanouie et ne pas être une grenouille de bénitier..

    Je comprends qu’un maximum de sécurité soit mis en place parce qu’il ne faut pas rigoler avec ça, parce qu’un sang non-sain peut être une réelle catastrophe. Mais force est de constater que la bonne volonté ne suffit pas et qu’on est encore une fois obligée de justifier sa vie sexuelle « déviante » selon eux.
    Ça, vraiment, ça me plombe. Du coup, me taper du temps d’attente et me retrouver face à un médecin qui me regarde avec des yeux ronds du genre « Comment ça tu mets pas la capote ? Mais tu vas crever ma ptite, ton gars là il en baise certainement 12 autres et faire confiance sur ce genre de sujet c’est du suicide ».. et surtout, au final, me faire rembarrer dans le genre « rentrer chez toi, t’es sale », sans me laisser une chance de donner : ça ne me fait pas envie.

    C’est peut être idiot de ma part et je ne dis pas que je ne le ferai jamais.. Sûrement que dans quelques mois, quand ils considéreront que je connais assez bien mon partenaire j’irai y faire un tour..
    J’ai vraiment envie de donner. Pas d’être jugée.

    • Marine Noey dit :

      C’est vrai que certains médecins sont peu délicats ; perso la dernière fois quand j’ai répondu non toutes ces questions (comme d’hab, baway, pas de vie sexuelle, m’enfin) le médecin m’a regardée de haut en bas en répétant avec un sourire entendu « non hein » ; bah oui je suis grosse et pas jolie mais j’en ai rien à foutre de ton jugement, connard. Mais heureusement tout les médecins sont pas comme ça (c’est aussi pour ça que je préfère les collectes à la fac, je connais les médecins et les infirmiers et je vais toujours avec les même du coup)… Mais je suis d’accord ils abusent de ce côté, et je trouve ça encore pire quand on voit qu’ils refusent les gays. Pour avoir discuté de tout ça une fois avec une des docs elle est plutôt d’accord sur le fait que ces règlementations sont dépassées (surtout pour les gays), mais après a tempéré pour le tout (et surtout sur la vie sexuelle) en m’expliquant le pourquoi toutes ces précautions… Je ne me souviens plus vraiment des raisons médicales en elles-même mais bon, au final hein ^^ En fait je pense surtout qu’ils préfèrent refouler les « populations à risque » (selon leurs termes) plutôt que prélever pour rien et avoir à jeter les poches même si à mon avis, ils auraient plus à gagner à prélever et tester, mais bon… D’après cette médecin, les règlementations risquent de changer d’ici quelques temps… Enfin bref XD

      • lullyjuw dit :

        Voilà, j’ai un peu de mal à me considérer comme étant une « population à risque » parce que j’ose avoir une vie sexuelle..
        Je me doute bien que tous les médecins de ces centres ne sont pas du genre « qui juge » mais la réglementation en elle-même l’est !

        Enfin bref.. Je suis aussi assez d’accord avec toi sur le fait qu’ils auraient tout intérêt à tester le sang dans les cas peut être plus sensibles. Parce que pas mal de gens n’osent pas sans raisons valables ou sans risque réel.. Un peu comme moi quoi.

        J’ai eu toute la floppée de dépistage il y a quelques mois, aucun rapport « à risques » depuis un bout de temps, pas de transfusion, aucun soucis de santé du type asthme ou anémie, je suis théoriquement le sujet idéal.
        Mais mais.. Mais je couche : désolée.

        • Arkan dit :

          C’est pas forcément qu’ils ne veulent pas faire ces tests, c’est que ces derniers coûtent cher et que les hôpitaux ont pas forcément les moyens de le faire (surtout à grande échelle).

          Du coup (et même si je suis d’accord sur le fait que ce soit injuste niveau critères) ils ne prennent pas a ceux qu’ils jugent considèrent comme donneurs à risques.

        • Marine Noey dit :

          Bah ils font tout les tests pour toutes les poches, alors pourquoi refuser d’emblée les gens qui couchent ou les gays où tout ceux qu’ils refusent parce que « à risque » ? C’est ça que je trouve con…

        • lullyjuw dit :

          C’est effectivement ce qu’il me semblait… Après je ne doute pas que ce ne soit pas si simple et que les tests coûtent « chers ».. La question est : est ce que ça coûte vraiment plus cher de faire 20 tests plutôt que d’en faire 10 ? Pas si sûr parce qu’il y a des chances que le plus grands coût soit le coût humain.
          Et même si on en jette 5 sur la vingtaine.. C’est tout de même 5 de gagné, non ?

          Bref difficile de parler d’un sujet quand on ne le voit que de loin mais la vérité me semble moins catégorique que ça.

  12. lullyjuw dit :

    Oh et le don d’organes ?
    Je suis évidement pour toute ma famille est au courant et je regrette qu’on communique si peu à ce sujet en France…
    Après ce point de vu aussi « simple » et direct est sûrement facilité par le fait de mon petit coté agnostique et définitivement anti-religieux.

    • dellelicious dit :

      Je crois que je suis coincée pour te répondre au dessus alors je réponds à tout ici. A partir du moment où tu fais un test HIV et ton partenaire aussi ça ne passe pas ? Je n’étais même pas au courant – je ne me penche pas trop là dessus puisque je sais que je ne peux pas.
      Du coup Max a appuyé ton avis via twitter en disant quasiment un truc similaire…
      Copine agnostique <3

      • lullyjuw dit :

        Héhé, copine agnostique <3
        Je ne peux pas t'assurer que ça ne marche pas mais sur "les textes" officiel ils n'ont pas l'air d'être très intéressés par les tests qu'on a pu faire ou non :)
        En même temps je n'ai pas été vérifié et j'avoue avoir grogner dans mon coin et m'être laissée bloquer par l'idée sans vérifier pour de vrai..

        Bref c'est couillon, mais je ne sais pas qui est le plus couillon : eux ou moi lol

  13. Ton article est vraiment passionnant et touchant avec ça. Pour ma part, j’ai toujours eu la trouille des aiguilles mais il y a de ça 6 ans, j’ai décidé de surmonter ma peur pour donner mon sang. Il y avait un camion itinérant de l’EFS installé dans l’enceinte de ma fac alors j’ai sauté le pas. Tout s’est très bien passé et depuis, je suis donneuse régulière. C’est marrant d’ailleurs car je vais justement en donner demain ;) Je remplis toutes les conditions pour le donner (hormis le poids qui est toujours juste juste mais à un kilo près ils ne font pas la fine bouche vue la pénurie de sang actuelle…) alors je trouverais ça vraiment dommage de ne pas le faire, d’autant plus que je suis O+ ! Ça ne prend qu’une demie heure de la journée et ça sauve des vies… Que dire de plus ? Je conseille vraiment à tout le monde de sauter le pas (ceux qui le peuvent en tout cas) et j’essaie régulièrement de convertir mes amis ! Pour ce qui est du don d’organes, pareil, je suis totalement POUR. Je n’y pense jamais vraiment par moi-même en y allant mais c’est vrai que lorsqu’on sort du don du sang et que le médecin nous dit que notre geste va sauver une vie, c’est une sensation incroyable… Alors si vous remplissez les conditions, n’hésitez pas à donner :)

    • dellelicious dit :

      Déjà, en tant que nana qui a reçu du sang, je te remercie de donner (et aussi en tant que fille qui ne peut pas donner). Comme disait Marine beaucoup plus haut, je pense qu’il faut bien communiquer avec les gens et ne pas hésiter à y aller en petits groupes – je sais que mes potes font ça – ça aide à passer le pas !).

  14. Je donne mon sang dès que je le peux (donc quand il a décidé de contenir suffisamment de fer pour qu’on me donne l’autorisation), ça prend vraiment peu de temps, ça n’est absolument pas douloureux (pas de petit patch pour moi, mais des infirmières adorables et compétentes =) et surtout, on sait que l’on fait une bonne action, que l’on va pouvoir aider les gens, et ça, ça vaut largement la petite heure que l’on passe là bas (entretient avec le médecin et goûter inclus). Lire ton témoignage me motive encore plus à continuer.
    Idem, je préfère savoir que mes organes sauveront des vies après ma mort. Surtout que je veux être incinérée, alors quitte à être brûlée, autant en cramer le moins possible et aider les gens, là où j’irai, je n’en aurais pas des masses besoin =)

    • dellelicious dit :

      J’ai ri à la fin de ton commentaire parce que c’est ce que j’ai failli écrire dans mon article ^^ Merci pour ton message et merci aussi de donner ton sang !

  15. yagaelle dit :

    Coucou,
    Je commente pour la première fois, mais cet article m’a semblé être la bonne occasion pour le faire.

    Je n’ai pas tous tes problèmes de santé, mais j’en ai qui m’empêchent de donner mon sang. J’ai apparemment un sang qui empêche la cicatrisation (j’y comprends pas grand chose, le dermatologue a employé un mot compliqué). Et de toute façon, je ne pèse pas 50kg (vu que je mesure moins d’1m60, c’est pas choquant mais bon). Néanmoins, je crois pas que je donnerai mon sang… Déja, j’ai du mal à supporter mes pauvres prises de sang… La dernière fois, j’ai fait un malaise en rentrant chez moi après une prise de sang. Je me sens coupable de pas vouloir donner mon sang, surtout que je suis du groupe sanguin le plus rare en France B- (8% de la population à ce que j’ai lu). Mais c’est un bloquage psychologique, plus qu’un manque de volonté.

    Pour ce qui est du don d’organe. Personnellement, j’ai beau savoir que c’est important et que ça peut sauver des vies. J’arrive pas à m’imaginer morte et avec un rein dans un inconnu, ou mon coeur dans le corps de quelqu’un d’autre. Je crois que je suis un peu possessive avec mes organes. Oui, c’est idiot et un peu égoïste, mais c’est comme ça. Et quoi qu’on en dise, y’a la morale religieuse qui appuie un peu plus tout ça (attention, je suis pas une intégriste ni rien, je ne vais jamais à la messe, ni mes parents, mais ça fait parti de ma culture). Après, mes parents et mon copain savent que ça me gênerait de donner mes organes. Mais je leur ai dit que la décision leur reviendrait et qu’en soit, une fois morte, si je ne suis pas au courant, ils pourront donner mes organes s’ils le veulent…

    Donc voila, je sais pas si ça répond à ton questionnement, mais je trouve que c’est un sujet important et je sais que oui, il faut donner ! (ceci dit, pour les autres dons qui ne touchent pas à ma santé, je suis beaucoup plus généreuse, ça doit vraiment être une histoire de possessivité XD)

    • dellelicious dit :

      Déjà, je te remercie beaucoup de ton commentaire et de l’explication de ton point de vue. Voilà, maintenant je m’attèle à te répondre. Évidemment, il y a une nette différence entre pouvoir et vouloir donner son sang.
      Ensuite, pour ce qui est du don d’organe, peut être que ça te viendra avec le temps. On est un peu jeune je trouve (je ne sais pas pourquoi j’ai en tête que tu dois avoir un âge assez proche du mien aka la 20aine). Contrairement à toi, je trouve ça assez génial de se dire qu’on « survit » un peu à travers quelqu’un et qu’en plus on prolonge une vie… Bon après évidemment, comme c’est dans ma tête… c’est évident que tout le monde ne partage pas cette opinion…

      Mais je pense que si on avis « de ton vivant » est de refuser le don, à terme, si on jour la question de pose, tes proches refuseront. Enfin moi, c’est ce que je ferais, qu’importe mes convictions personnelles.

      Bon j’ai l’impression qu’à force d’écrire je deviens de moins en moins claire, encore merci pour ton message !

      • yagaelle dit :

        Tu étais très claire et je comprends très bien ton point de vue.
        Je me suis dit que c’était peut-être aussi ce que tu cherchais comme réponse, une personne qui est plutôt réfractaire.
        Mais je pense que tu as raison, ça évoluera surement avec l’âge ^^. Mon avis est pas figé et toujours ouvert ;)

  16. Ro ben ma pauvre, tu ne fais pas dans la dentelle toi…. Ben moi, je songe régulièrement à donner mon sang mais je e connais même mon groupe sanguin ^^ et puis j’ai un peu peur. mais j’aimerais bien faire cette BA, surtout que le besoin est réel…. bisous! n

    • Marine Noey dit :

      Pour le groupe sanguin cpas grave, ils le savent en testant le sang après le don ^^ Après pour la peur faut se lancer avec quelqu’un, à deux, c’est plus sympa ^^ Mais personne doit te forcer surtout ^^

    • dellelicious dit :

      Elo, si tu veux que je t’accompagne un jour, ça me ferait plaisir. Marine à donné de bon conseils plus haut dans son commentaire !

  17. Karl Heinze dit :

    Il y a bien longtemps que je voulais donner mon sang, ou faire de quoi pouvoir prévenir pour le don d’organe jusqu’à ce qu’on m’irradie, me pique avec divers substances et bien entendu interdiction complète de tout don quel qu’il soit.

    Et ce n’est surement pas une aiguille qui m’aurai arrêté, je peux comprendre que des personnes en ont peur mais au dernière nouvelle jamais personnes n’en ai morte mais cela fait parti des sujets que j’évite d’aborder avec quelqu’un qui fait des manière sur une comprimé ou une piqure, car cela finirai forcément avec sa tête et un mur en équation donnant pour réponse une nouvelle inconnue.

    Mais le don du sang est si important, je trouve tellement dommage que les personnes qui le peuvent bine entendu n’en fasse pas au moins une fois, de plus elle auraient le droit de se vanter par la suite, et je connais un tas de narcissique qu’il trouverai la une raison valable a s’aimer.

    C’est un sujet qui n’est pris au sérieux qu’une fois qu’on a du avoir affaire a un don de sang ou qu’on est assez pret du monde médicale bien souvent. La plupart vivent si loin de ces réalités qu’ils en oublient qu’elles existent et ce font une soirée « conscience » durant les opération de don du sang en début d’été et puis oublie.

    Et encore la je ne parle que du sang, si l’on parle des organes alors là trouver un rubis enroulé dans un filon d’or dans son jardin apres avoir juste gratter 1cm est plus probable que d’avoir un organe disponible en cas de besoin, surtout si l’on est pas dans un groupage sanguin des plus compatible ou selon l’organe.

    Je vais pas parler de religion ou de croyance car chacun est libre mais je le dis de suite pour moi un corps n’est qu’un corps, je n’ai aucune croyances particulières et quand on voit le refus des gens a donner un organes ou des familles au décès comme si garder le corps entier le garderai plus fortement dans leur mémoire ou comme si il allait revenir.

    Donc je suis bien entendu tourné vers une seul option, le don, le don, quand on peux, donner, que ce soit son sang, un organes en l’ayant bien fait comprendre au proches et même si eux sont réfractaires. Il est primordiale de faire comprendre que peu importe les croyances de l’autre, c’est un choix et au plus croyant le style qu’on vivra a travers la personne sauvé, a tendance a avoir une certaines forme de succès pour ajouter une part d’idéologie religieuse dans le lot mais je trouve qu’il est dommage de devoir ajouter des explicatif quand cela ne relève que d’une personne.

    Pour revenir au don du sang, j’aurai bien envie qu’on instaure une forme d’obligation du don, un devoir civique obligatoire comme aller voter (ca devrait l’être obligatoire aussi) ainsi tous les 4 ans ou 5 ans une personne serait obligé de donner (avec le roulement et le nombre de français en age, cela serai suffisant) et en prime on ferait une contrôle sanguins complets sur un échantillon du sang prit ce qui fait que la personnes serait obligé de donner mais aurait en retour un check up complet ce qui irai aussi dans le sens de la prévention générale.

    Pour les organes, on ne peux pas obliger, c’est la liberté de disposer de son corps mais bon, je ne comprend pas certains refus basé sur une religion, quand celle ci si on comprend bien prône le don de soi… Mais Je sais que je suis pas partial, car j’ai plusieurs fois fais des passages dans des services palliatif ou se trouvait des personnes ici a défaut de greffe. Et aller dire a un enfant de 14 ans qui sourit qu’il ne s’en sortira pas car pas de coeur a lui donner quand lui vous demande « je sors bientôt non ? »

    C’est triste que parmi des médecins ont en soit a souhaiter des accidents de la routes en nombres lors des grands mouvements de foules pour espérer obtenir un organe…

    • dellelicious dit :

      Je comprends bien ton avis mais je reviendrais sur ton passage sur l’obligation. Je ne suis absolument pas pour dans la mesure où, comme pour les organes, donner son sang reste le droit à disposer de son corps…

      Le fait de ne pas pouvoir donné – quand c’est dû à des raisons de santé – nous frustre tous plus ou moins, car on connaît d’autant plus l’importance de ce don, néanmoins, et comme l’a d’ailleurs prouvé Quenottes, le manque d’informations est hyper important ici. Les gens ne se rendent pas compte de la réelle importance du don ni de la réelle simplicité de celui-ci. On ne te dis jamais: « on peut faire en sorte que tu ne sentes rien » « venez avec des amis vous ne verrez pas le temps passer » « il y a x personnes qui meurent pas an » « et si c’était vos proches ? ».

      Après, j’ai des ami(e)s qui ne donnent pas leur sang pour des raisons que je comprends tout autant que je déplore mais mon article ne se voulait en rien accusateur dans la mesure où j’estime que chacun à le droit à son opinion et son droit à la défendre. Elle n’a pas à être jugée pour ça… Enfin je mre comprends, je sens bien pour autant que je ne suis pas claire dans mon charabia.

      En bref, je te trouve un peu trop radical sur la question et j’estime que forcer n’est jamais la solution, les gens sont souvent réticents, sur tout sujet, envers les choses qu’ils ne comprennent pas ou ne connaissent pas. Et c’est en ça que les personnes qui connaissent ne doivent pas être radicales mais être plus un soutien, une aide, un témoignage.

      • Karl Heinze dit :

        J’ai fais exprès de faire de la polémique avec cette idée d’obligation, que je ne considère pas réaliste ou pas a espérer. Car comme toute chose qui va a l’encontre d’un choix personnel c’est une porte ouverte sur des abus. Même si l’idée de départ semble bonne cela fini toujours mal.

        Donc qu’on prennent bien cela comme de la démonstration par l’absurde du besoin de donner ou d’y réfléchir au moins une fois sérieusement.

        Pour le manque d’information celui ci est flagrant et des fois même dans le milieu médical. Sans parlé de mon cas, je vais juste dire qu’il m’est arrivé de devoir moi même formé des infirmières hospitalières a certaines choses car leur connaissances surtout depuis qu’elles tournent dans les services sont des fois très, trop, basiques.

        Donc je ne dirai pas qu’il faut aller poser des prospectus soit même dans les salles d’attentes mais bon cela n’a jamais fait du tord si l’on peux. Des fois il suffit simplement de lancer le sujet comme tu l’as fait que ce soit sur un blog, ou entre amis, pour que cela soit un déclencheur de débat ou de réflexion chez une personne.

        Il faut tout de même quand on lance un tel debat el faire sérieusement, par exemple ce post à été écrit de façon posé, et est bien construit et donc donne envie de le lire et ne perd pas le lecteur. IL ne faut surtout pas se contenté d’une bannière ou d’un « faites le » qui ne changera rien sinon votre ego.

        On ne peux pas changer le monde d’un coup comme ca, mais on peux faire évoluer une mentalité, et en faisant évoluer une mentalité, on change une opinion et on changeant une opinion on change le monde. (j’ai plagié un peu les parole de Depeche Mode « New Dress »)

        Quand il s’agit de débat on doit accepter les pour et les contres, je suis d’accord, je suis comme je le laissais entendre plutot partisan mais n’irai pas etre désagreable avec quelqu’un qui refuse, juste cela me ferai mal sachant ce que cela peux faire de merveilleux.

        Tu as raisons, j’ai ete radicale la car bon j’ai écris sous l’emotion et je sais pourtant qu’on ne dois jamais publier quelque chose sous l’emotion. J’ai d’ailleurs ete plus calme la plupart du temps, il faut informer, et dans tousles domaine ca se passe ainsi, la peur, les angoisses souvent sont lié a des méconnaissances ou idées fausses, deja informer, retirer une non dit et par la suite cela se fait progressivement.

        Je vais pas le répété a chaque fois car je deteste les submersions de compliments qui semble douteux par la suite, mais tu écris de façon clair et en beaucoup de mots que j’en ai besoin tu arrives a lancer des bons débats, je ne peux que t’encourager ce blog qui a de multiples centre d’intérêt.

        Je ne m’intéresserai sans doute pas au post sur les vernis (même si mes amies pensent que j’ai un mentale féminin et qu’elles me transmettent leurs nevroses mais non non ca ira) mais cela ma fait plaisir de voir que l’on peux faire un blog de passion sans tomber dans la facilité et le monde de oui oui.

  18. Mély S dit :

    Bonjour,

    j’ai découvert ton site tout récemment et me permets de répondre à ton article qui me parle.
    Je suis pour donner mon sang, je n’ai pas peur de aiguilles (je regarde quand y pique c’est mieux !!) mais je ne peux pas le donner.
    Je pèse 45 kg à peine, et en plus j’ai une malformation cardiaque.
    Donc tanpis pour le don du sang par contre ma famille est au courant que mes organes (tout ceux possible sauf mon coeur evidemment) iront à d’autres personnes, car c’est hyper important pour moi.
    Sinon c’est vrai que dans mon entourage peu de personne se sentent concernés, ah ui mes potes homosexuels qui n’ont pas de le droit de donner..ça c’est un peu débile, je trouve..

    • dellelicious dit :

      Je pars de la fin pour répondre: il y a beaucoup « trop » de « bons » critères à remplir pour pouvoir donner – selon moi. Ou en tout cas, beaucoup « trop » de « petits » détails qui peuvent t’en empêcher. Je ne parle donc bien sûr pas de problèmes de santé ou de poids… Je parle, comme dit Julia beaucoup plus haut, de quelqu’un qui a des relations sexuelles sans préservatif… ça m’a un peu dépassé (je ne savais pas).

      En tout cas, merci de ton commentaire. Je pense que l’important c’est de communiquer sur ces dons avec les gens, famille, amis. Pour éveiller les mentalités, il n’y a que ça.

  19. Amélie dit :

    Je n’ai jamais eu besoin de don de sang et personne dans mon entourage non plus. Seulement chaque année je fais en sorte de donner le plus possible mon sang et j’ai ma carte de don d’organes qui ne me quitte jamais. J’en ai d’ailleurs beaucoup parlé autour de moi car j’ai peur que mes parents ne respectent pas ce choix. Je pense toujours à mes proches, aux gens que j’aime, à mes futurs enfants, mais aussi à tous ces inconnus comme toi qui en ont besoin … et ça me rend folle et j’avoue que ça m’énerve d’entendre qu’on manque de dons ! Ça ne coûte rien, absolument rien, juste quelques minutes pour sauver une vie ! Et pourtant je n’aime pas les aiguilles comme beaucoup de gens ! Je me suis d’ailleurs un jour dit que ça devrait être obligatoire, au moins pour les dons de sang ! J’en connais des gens qui ne veulent pas donner leur sang et encore moins leurs organes et mes parents les premiers, par contre ils seraient les premiers à supplier la terre entière pour qu’on puisse me faire une transfusion si j’en avais besoin … c’est tellement égoïste ! :(
    Bref, je suis comme toi il y a des choses qui me dépassent …
    Bon courage, même si je pense que tu n’en manques pas !
    Bonne soirée

    • dellelicious dit :

      J’aurais tendance à te répondre ce que j’ai dis à Karl. Je ne suis absolument pas pour l’obligation de donner car c’est ton corps, tu es le seul à avoir le droit d’en disposer (ce qui fait d’ailleurs le parallèle avec le choix du don d’organe). Je pense que les gens manquent d’informations, de motivation aussi… C’est sur ça qu’il faut jouer, à mon sens, aujourd’hui.

      Merci pour ton commentaire, merci beaucoup !

  20. MlleBlueBird dit :

    Je donne mon sang régulièrement et il m’est clair, à mes proches également, que si quoi que ce soit de réutilisable est jetée après ma mort, je viendrai hanter chacune de leurs nuits…

    Mais j’ai certaines personnes qui ne donnent pas autour de moi. Certaines par conviction religieuse, d’autres pour contester l’interdiction aux homosexuels de donner.

    J’estime que chaque goutte de sang est utile. Et je pense que certaines interdictions devraient être revues et remises à jour. Je ne suis pas médecin, et je ne clame pas savoir ce qui doit être fait pour le mieux, mais je pense que dans certains cas, nous devrions travailler pour que tout finisse de la meilleure façon qui soit.

  21. Quenottes dit :

    Bonjour,

    quel dommage de retrouver une « sorte de dégoût », cette incompréhension qui nous fait passer pour de pauvres égoïstes débiles et insouciants envers ceux qui refusent de donner leur sang et leurs organes. (je retrouve ça un peu dans l’article et souvent dans les commentaires)
    J’admire le fait que vous y pensiez depuis votre rentrée en sixième, mais comme vous l’avez dit il faut bien souvent avoir vécu ce problème de près pour se rendre compte de l’importance du geste. Ainsi, ma famille est très loin du milieu médical, paramédical, hospitalier … et j’ai pour l’instant la chance de n’avoir pas été confronté à ces terribles coups durs de la vie, désolée.
    J’ai donc eu rarement l’occasion de me confronter à ce genre de décisions, qui par ailleurs exigent une certaine maturité et de la réflexion (ça reste un choix, pour moi chaque choix se pèse, même si pour vous ça paraît « automatique »), et maintenant que j’ai bientôt 18 ans, je n’ai pas de réponses à donner, désolée, encore.
    J’ai rarement entendu parler de ça, je n’ai jamais accompagné quelqu’un qui donnait son sang, tout ce que je sais c’est qu’il me semble que ma grand-mère donnait tous les ans, enfin il me semble, j’ai su ça il y a peu, vers 16-17 ans, donc bon on peut pas dire que j’ai été sensibilisé à ça, chacun son entourage, chacun sa vie, chacun ses expériences de la vie.

    Je n’ai pas fait de prises de sang de ma vie, je ne suis pas allée à l’hôpital depuis des années (à vue de nez, la dernière fois c’était vers mes 4 ans), je ne vois que mon médecin généraliste une fois/an (pour la routine, et je déteste ça, j’angoisse énormément), je fais parfois des vaccins (comme tout le monde hein, le dernier en date j’ai tourné de l’œil d’ailleurs, mauvais souvenir pour moi qui ne connaissait pas encore cette sensation). Donc encore une fois, j’admire le fait que vous n’ayez pas peur des aiguilles, ou pas trop, ou que vous ayez le courage de vous jeter à l’eau, ou encore que vous sachiez si vous allez tomber dans les pommes ou pas (et que du coup, vous savez prévoir) mais chacun prend son temps pour ça, ne brusquez pas les gens ou vous risquez d’en bloquer certains à vie.

    Je pense que si vous êtes assez grands pour décider de l’avenir de vos organes et de votre sang et de comprendre l’importance du don, vous pouvez peut-être essayer de comprendre certaines peurs paniques et également un certain manque d’informations et de connaissances sur le sujet (donc merci pour ton article !), plutôt que de les voir comme des égoïstes, des fermés d’esprit ou soumis à la religion (c’est un peu comme ça que je me sens définie quand j’en lis certains …). D’ailleurs, la religion ne pose aucun problème dans mon cas.
    Car vous, vous avez été sensibilisé à ça, peu importe la raison, et vous devez profiter de cet avantage pour transmettre l’envie aux autres de le faire aussi, merci d’ailleurs à Marine Noey pour son commentaire, qui informe et rassure. Je ne savais pas que des collectes se faisaient en université, je note également tes précieux conseils, des petites choses auxquelles je n’aurais pas pensé, comme y aller avec ses ami(e)s, boire beaucoup d’eau, et tes expériences personnelles. J’ai rarement rencontré des gens qui pouvaient m’en parler, alors bon, si vous pouvez le faire, faites-le, ça aide je vous assure !

    Par contre le commentaire de Karl Heinze, je n’ai absolument pas envie de prendre le temps de juger ses arguments mais bon…, en bref tu m’as clairement écœurée (merci.), notamment avec tes envies de rendre le don obligatoire. Rendre un geste altruiste obligatoire est une absurdité sans nom. J’hésite du coup à relever malgré tout les « ça n’a jamais tué personne » et « vous pourrez vous en vanter » … Sincèrement si c’est comme ça que tu arrives à pousser les gens à « donner » leur sang, je ne sais plus quoi penser … Il y a un monde entre être fier d’avoir aidé et se vanter d’avoir aidé, pour moi. Et le don doit rendre fier, pas être un argument pour se pavaner, et si c’est le cas, ça perd vraiment en estime.

    Bref, j’ai bientôt 18 ans et je vous avoue que je ne m’intéresse pas énormément aux dons, j’ai trouvé ton article intéressant, certains commentaires aussi, ça vaut largement toutes les morales biens pensantes, et ça m’a permis d’y réfléchir un peu plus, en grandissant, en mûrissant et au fil de mes rencontres, je finirais peut-être par sauter le pas, qui sait ? En attendant, jusqu’à ce que je me fasse à l’idée de l’aiguille, ou de mon corps sans vie duquel on prélève des organes, j’aimerais qu’on évite de me regarder avec de grands yeux et qu’on se dise « mais qu’est-ce qu’elle t’attend, elle peut sauver des vies et même pas elle le fait ! » (j’exagère, mais bon c’est un peu ça non ? Je vois bien que vous ne comprenez pas, mais prenez le temps de leur expliquer vos expériences et ce que vous savez, en discutant ils s’ouvriront davantage à cette possibilité, de la manière que moi j’ai pendant un instant balancé de neutre-plutôt-réticente à neutre-qui-avance-vers-le-favorable en lisant des commentaires comme celui de Marine Noey.
    Vous ne pouvez pas reprocher aux gens de ne pas y avoir réfléchi plus tôt, de ne pas avoir tout de suite dit oui, d’avoir peur, de ne pas être assez renseigné sur quelque chose dont il n’entende jamais parlé, d’avoir des doutes sur ce qu’ils deviendront après la mort, de ne pas savoir s’ils veulent être enterrés ou incinérés, d’avoir du mal à se rendre compte de l’importance du don (tous confondus), de ne pas avoir vécu les drames que d’autres ont vécu, discutez-en, partagez et le but n’est pas de forcer les gens à le faire.

    Merci à ceux qui comprendront, merci à cet article et bravo pour le courage et la volonté de certains, moi ça va me prendre un peu de temps avant (notamment à propos du devenir de mon corps, c’est encore très flou pour moi), mais je vous lis et je vous prends en exemple, et ça viendra un jour !
    Bisous.

    • dellelicious dit :

      Je viens à l’instant de lire ton commentaire (je suis partie du plus récent dans mes mails) donc je te réponds sans avoir lu les autres. J’ai beaucoup aimé ce que tu as dit, il est évident que les gens ne sont pas assez informés et de la « simplicité » (entre les bons conseils de Marine & le fait que, pour les gens qui ont peur de la douleur, il existe des patchs anesthésiant, par exemple) et de l’importance d’un don du sang. C’était, par ailleurs, totalement le but de mon article de démontrer cette nécessité et parce que je n’ai pu donner qu’une fois à une époque où je n’aurais jamais du donner mon sang (mais c’est un cas particulier) je n’ai évidemment pas le recul des quelques expérimentés…
      De plus, comme je ne peux aujourd’hui pas le donné et avec la parallèle que j’en ai eu besoin, je suis hyper frustrée par ça – comme, finalement, la plupart des gens qui ne peuvent pas donné. Comme ça, parce qu’on ne peut pas, on en avait encore plus envie !

      Après, personnellement – je ne peux donner que MON point de vue – je suis très curieuse et je m’intéresse à beaucoup de choses, ce qui fait que quand je me pose une question, j’approfondis… EN l’occurrence, d’où mon idée bien arrêtée – jeune – sur le don d’organe par exemple.

      En bref, je te rejoins, on ne parle pas assez au gens des choses. Encore merci BEAUCOUP pour ton commentaire qui, vu sa longueur, a du te prendre un long moment.

      • Tiffany dit :

        C’est un très beau commentaire Quenottes, et qui me fait prendre conscience de quelque chose : ce manque d’information crucial. Mais comment osent ils se plaindre du peu de don qu’ils ont s’ils ne font pas de réelles campagnes d’informations ? Il est clair et net que je ne m’en était jamais rendu compte, au vue de mon entourage familial (mon grand-père tenait le don du sang de mon village, ma mère et ma soeur sont infirmières, enfin bon, je n’ai jamais eu besoin de réelles réponses :/) et donc je tiens à te dire que si tu as la moindre question, appréhension, problème, etc. n’hésite pas à m’écrire ( tiffany.seco@gmail.com ) car même si je ne suis pas très vieille (j’ai 20 ans, hein), j’ai lu beaucoup de brochure, et avant d’être interdite de don à cause de mon anémie, j’ai fait quelques dons :)

        Je comprend que l’on puisse avoir des appréhensions, c’est sûr, mais je trouve ça aussi naturel d’essayer de les surmonter ! Il existe donc les patchs, comme le disait Mylène et le secret, comme les infirmières te le diront, il faut beaucoup s’hydrater et manger ! Pas de don l’estomac vide :)

        Voilà, j’espère t’avoir rassurer un peu, n’hésite pas à poser plus de question, je ne dis pas avoir réponse à tout, mais je peux me renseignée :)

        • dellelicious dit :

          Tiffany, merci beaucoup pour ta proposition d’apporter des renseignements, comme toi, je prends conscience du manque d’information – on n’y pense pas quand on est informé, visiblement !

          Perso, je vais proposer à mes potes de les accompagner en tant que soutien psychologique – faut bien que je serve à quelque chose !

  22. Ellie laine dit :

    De mon côté, je suis aussi un groupe rare (O- comme toi) et je ne peux pas donner mon sang. La cause ? Le poids plume. 1m61 pour 45 petits kilos (et encore il,y a quelques mois c’était 43) du coup ça me frustre un peu parce que j’aimerais aider mais ce qui m’énerve c’est quand je vois les gens me regarder de travers en disant « non mais tu te rends pas compte que tu serais une aide précieuse ?! » et qui ne comprennent pas qu’il y a une barrière et que ça ne vient pas de moi.

  23. Ellana dit :

    Je tâche de le donner dès que je le peux, étant O- (comme toute ma famille ! au moins, si quelqu’un a un souci, les autres sont là XXDD)(et on est tous pour donner nos organes également). Par contre, j’ai souvent de l’anémie, donc j’ai tendance à aller donner mon sang, et me voir refuser >_<

    C'est idiot, mais quand je vais au don du sang, j'ai parfois l'impression de faire mon devoir d'humain, bien mieux qu'en allant voter par exemple. Je n'ai plus peur des aiguilles depuis mon voyage en Afrique (8 vaccins à enchaîner pour pouvoir y aller XD moi qui chialais devant la moindre piqûre, je suis vaccinée looool), et du coup, ça me parait limite vitale d'aller voir si on veut bien de mon sang haha ! (vitale psychiquement pour moi, mais aussi surement vitale physiquement pour un autre humain !!!!)

  24. Mapaillette dit :

    Très bel article, c’est important de faire passer le message, et c’est vrai que tu es (malheureusement) bien placée pour comprendre ça.
    Personnellement, je donne mon sang depuis mes 18 ans (bon ok j’ai que 23 ans lol) mais je pense que c’est indispensable de le faire, on peut sauver des vies en ne faisant pas grand chose finalement! Et puis qui sait, on n’est pas à l’abri d’en avoir besoin nous-même…
    Quant à la question du don d’organe, j’hésite à répondre à cette question car j’aurais peur de donner mes organes à une personne qui ne les « mérite » pas. Je met des guillemets car selon moi, une personne qui a fumé, bu etc. toute sa vie est conscient du danger et des risques. Contrairement à une personne tout simplement malade. Enfin, ça peut paraître un peu « discriminatoire » ce que je dis là, mais c’est ce que je pense.
    En tout cas je suis entièrement d’accord avec toi pour le don du sang!

  25. mllelouis dit :

    J’ai finit par abandonné l’idée de lire tous les commentaires ^^ J’ai commencé à les lire mais arrivée à la moitié quand j’ai vu tout ce qui restait j’ai eu trop la flemme. Du coup je sais pas si quelqu’un ne le donne pas et le veux pas par conviction. Je pense que la plupart des gens qui ne le donnent pas c’est parce qu’ils ne le pensent pas instinctivement et que si il n’y a pas une piqure de rappel régulièrement ils oublient. Enfin c’est ce que je constate dans mon entourage en tout cas. Perso je le donne même si le fait de voir une poche de sang aussi grosse qu’une petite bouteille d’eau se remplie. J’ai pas peur de l’aiguille, j’ai juste peur que si je bouge elle va s’enfiler un peu partout dans mon bras pour percer tout ce qu’il y a autour (grosse psychose quoi ^^) mais comme j’y vais pas toute seule je discute pour faire passer la pilule. Par contre j’évite d’y aller pile à l’échéance parce qu’à chaque fois l’infirmière galère à trouver ma veine et il parait que ça les abime et que c’est pas bon. D’ailleurs d’ici 15jours je vais direct aller au centre à Gerland :)
    Pour ce qui est du don d’organes, j’ai pas la carte mais mes proches savent que je suis pour si jamais il m’arrive qqch. Après tout une fois mort on peut plus rien pour moi alors autant distribuer ce qui est bon à ceux qui en ont besoin, c’est pas cher :p

    • dellelicious dit :

      C’est vrai que les commentaires sont longs – ça m’a collé la migraine pour tout t’avouer – mais hyper intéressants… A lire en plusieurs fois peut être ;)

  26. Marion dit :

    Personnellement, j’aimerai beaucoup donner mon sang ! Au début de ma majorité je ne pouvais pas à cause de mon poids (bon, maintenant, je pourrais limite, mais je pourrais). Mais j’ai surtout la phobie des prises de sangs… rien que 2 ou 3 petits tubes, c’est difficile pour moi… Et ça m’énerve vraiment ! Je préfère me faire opérer plutôt que d’avoir une prise de sang….
    Dans ma famille, mes parents donnent leurs sangs de temps en temps. Et j’avoue les envier… Car je sais la nécessité que certains ont !
    Mon copain a failli mourir lors de sa naissance et a du recevoir du sang… (donc comme toi, il ne peut donner et le vie assez mal). Je remercie vraiment la personne qui a fait ce geste, car sans lui ou elle aujourd’hui, Monsieur ne serai pas là…
    J’espère vraiment un jour réussir à être plus forte que cette phobie !
    Sinon, je n’ai pas encore ma carte de don d’organe, mais j’en ai discuté depuis mes 18 ans avec mes parents et mon copain ! Je suis pour. Si je peux faire une dernière bonne action, ce sera avec plaisir ! =)
    Merci pour cet article témoignage !
    Bisous

  27. Oula que de débats dit donc! Je suis technicienne de laboratoire donc le sang je connais et je peux vous garantir qu’un simple test coûte la peau du derrière! Par ex une boite de pour faire 100 HIV peut monter jusqu’à 400€ et même bien au dessus suivant la technique utilisé blablabla ( en plus deux techniques sont nécessaires bref ) puis faut rajouter à ça les hépatites, le groupe sanguins et tout les testes de compatibilité ( on délivre une carte de groupe au second don du sang ) BREF etant dans le métier j’ai toujours été sensibilisé au don du sang donc j’essai de le faire assez régulièrement. 4 dons par an pour les femmes et 6 pour les hommes espacés de 8 semaines là je parle des dons de sang total après ca dépend ce que tu donnes! Par contre l’interdiction aux homosexuels de donner leur sang je suis pas du tout d’accord… mais bon normalement ça doit être remis en cause :) Chacun est libre de donner ou non!

    • dellelicious dit :

      Merci BEAUCOUP pour tes infos super précieuses, ! Je savais que les tests plus beaucoup plus qu’on l’imagine (on a abordé l’aspect coût en cours de médecine légale avec la crimino) mais là, wahoo…

  28. MelleSerena dit :

    Bon, j’ai lu l’article ET les commentaires (j’ai quand même fait une pause pipi entre les deux)(faut pas déconner).

    Ton article est très juste et au final je me suis reconnue dans certains commentaires. J’ai failli être transfusée lors de mon accident je suis donc sensible à ça. Je veux bien donner mais je ne peux pas (-50kg toussa)
    Sauf qu’un jour j’ai quand même voulu y aller, après entretien, le médecin m’a demandé mon poids, je l’ignorais et il a donc mis 50kg sur la fiche « parce que sinon ça va pas le faire ».

    Perso, moi je ne savais pas à l’époque que je risquais de tourner de l’oeil à cause de mon poids.
    Bref, on me pique, je grignote un bout après et rentre chez moi seule. Résultat : 48h pour me remettre de ce don et surtout l’infirmière qui m’avait piqué un nerf. 3 mois sans pouvoir porter quoi que ce soit avec mon bras.

    Le manque d’informations est donc ESSENTIEL pour ceux qui souhaitent donner, comme ceux qui y vont sans forcement avoir toutes les données.
    Le médecin aurait pu me dire les « petits » risques, j’aurais pu appeler quelqu’un pour me raccompagner, prévoir un peu de repos, ou tout simplement il aurait pu ne pas ceder à l’envie d’avoir une poche en plus et m’informer clairement que je ne pouvais pas.

    Je veux dire, quand on va donner son sang, qu’on y va avec toutes ses bonnes intentions, se retrouver ainsi ça gache l’envie de redonner.

    Concernant le don d’organes, j’ai ma carte de donneur même si au vu du kit ikéa qui me sert de corps je ne pense pas être très utile à quelqu’un.
    J’ai du mal à comprendre les gens qui refusent le don d’organe, à quoi bon être possessif avec ses organes (comme je l’ai lu plus haut) quand on est mort. Soyons clairs, à part pour faire du compost et avoir une belle pelouse de cimetière, garder ses organes ne sert à rien. Les donner peut sauver ou améliorer des vies. Il ne faut pas hésiter.

    • dellelicious dit :

      Le coup du compost m’a fait marrer de grand matin !
      Je comprends tout à fait ton point de vue, si faire un geste de bonne foi fini par te rendre malade, tu as moyen envie d’y retourner après…

  29. Maud dit :

    Ton témoignage est tres touchant. Je n’ai jamais donné mon sang, pas parce que je ne veux, ni ai peur des aiguilles… Tout connement, parce que je n’y pense pas, parce que quand je passe devant un camion « Don du sang », on a toujours autre chose de plus important à penser… ET pourtant c’est quelque chose de tout aussi important, donner son sang, mais nous sommes fénéant tu l’as dit. Est ce que le pire c’est d’en être conscient et de rester las?

    Concernant le don d’organe je suis pour. Mon père, lui, est mitigé, il ne voudrait pas donner un de ses organes à un con. Si ca peut t’aider a trouver un pourquoi… je souhaitais te faire part de mon témoignage.

    • dellelicious dit :

      Comme disait Marine beauuuuucoup plus haut, les camions de don du sang passent aussi dans les facs. Après, je ne peux parler que de ce que je connais via mes ami(e)s mais si vous êtes plusieurs à être intéressés, il faut regarder quand une journée de don se fait près de chez vous et s’organiser pour y aller…

      Merci d’avoir partagé l’opinion de ton père sur le don d’organe, quelqu’un a donné un avis similaire plus haut, ce à quoi j’ai répondu que, de mon point de vue, j’estime que si mes organes devaient sauver un connard pour pouvoir aussi sauver peut être 5 ou 6 personnes « bien » (entre GROS guillemets), ça en valait la peine.

  30. Je l’ai donné en début d’année (mars je crois), après je ne me souviens plus des délais qu’il faut pour recommencer. Après je ne pense pas pouvoir le donner en Australie, il faudrait que je me renseigne, donc je pense que je recommencerai rentrée en en France.
    Pour le don d’organes je dis oui, je pense que de toute façon, vu que je serai morte à ce moment là, que ça serait dommage que tout ça pourrisse si ça peut servir à quelqu’un.
    Le don de moelle je suis un peu plus hésitante, apparemment c’est très douloureux…

    • dellelicious dit :

      Le don de moelle – que j’ai zappé dans l’article – est à priori plus compliqué oui / j’en ai d’ailleurs parlé avec un ami sur FB, qui va donner pour son père qui en a besoin…

  31. Andreia dit :

    Moi je donne tout ce que je peux donner. J’ai d’ailleurs ma carte de donneur d’organes sur moi depuis des années.
    J’ai commencé par donner mon sang mais depuis quelques années maintenant je donne mon plasma. Et il m’arrive que l’hôpital m’appelle, avant que je reçoive ma convocation, pour y aller en urgence et j’y vais.
    C’est important pour moi ce genre d’action qui en plus ne coute rien, juste un peu de notre temps.
    Et si un jour je devais donner de la moelle, un rein ou n’importe quoi d’autre pour sauver un de mes proches d’une mort certaine, il est évident que je ne me poserais même pas de question.

  32. Ju' dit :

    Tout d’abord bravo et merci à l’auteur de cet article, toujours très bien écrit, très agréable à lire, touchant et instructif. D’la boulette, quoi !
    Ensuite merci aux nombreux contributeurs qui ont apporté leur lot de renseignements en commentaires.
    Et enfin, un mea culpa… Je n’ai jamais donné mon sang… et je n’ai pas de raison particulière pour l’expliquer…

    Je n’ai pas de phobie, je fais plus de 50kg, je n’ai pas été transfusé, je ne suis pas homo, et je n’ai même pas de mœurs sexuels sales comme lullyjuw ! (joke)
    Peut-être que je n’ai tout simplement jamais été sensibilisé sur le sujet, que j’ai toujours sous-estimé l’importance de ce geste simple, peut-être, comme le suggère l’article, que c’est parce que je n’ai jamais été confronté à ce besoin, que ce soit pour moi ou pour un proche… Peut-être aussi, comme ça a été évoqué en commentaires, que les pouvoirs publics ne communiquent pas suffisamment sur le sujet ?

    Mais trêve de bonnes excuses, grâce à toi, je me rends un peu plus compte de l’importance du don de sang, et on peut sans doute considérer que je ne suis pas le seul ! Donc à défaut de pouvoir donner ton sang, tu auras peut-être poussé des dizaines, des centaines, voire des milliers de personnes, pourquoi pas, à le faire, en lisant ton article !

  33. detoutetderiensurtoutdetout dit :

    Je suis totalement d’accord avec toi. Depuis mes 18ans, je donne mon sang en moyenne 2 fois / an, et cela fait 4 ans que je donne également mes plaquettes 1 à 2 fois par an… Suite à un traitement je ne peux pas donner pendant les deux prochaines années mais ce n’est que partie remise!
    Je suis également pour le don d’organe, à quoi bon laisser pourrir des organes qui pourraient servir à d’autres? Ma grand mère a eu une greffe de rein sans laquelle elle serait morte très vite, je sais donc à quel point cela peut être important. Cependant, elle même était partagée sur le fait de recevoir un organe « étranger », de peur de « sentir l’autre vivre en elle ». Une question de génération peut être… Même si je comprend que ce sentiment puisse être étrange. Vivre avec une partie de soi qui ne nous appartient pas totalement doit être particulier je pense, mais quand cela peut nous changer la vie, voire nous la sauver, il n’y a rien de mieux non?
    En tout cas merci pour ce joli post qui j’espère sensibilisera de futurs donneurs!

  34. Je suis donneuse, je donne 4 fois l’an comme permis au max pour les femmes (contre 6x pour les hommes – hyper discriminatoire d’ailleurs ce truc). Je donne depuis mes 18 ans, ma maman m’a emmené faire mon premier don le lendemain de mon soufflage de bougie, comme un passage de relai, elle qui, transfusée également, ne peut plus donner depuis 1991.
    Je suis toujours sereine d’y aller, j’ai de toutes petites veines qui claquent vite, alors je m’organise pour faire le don le matin après le ptit dej pour etre au top en tension et en hydratation. Un don d’après midi n’avait pu être utilisé, j’avais dépassé le temps imparti et la machine n’apreciait pas ma lenteur… plus jamais je l’ai tenté !
    Je me fais accompagner par ma fille de 5 ans, elle ne va pas aux cessions coloriage de la salle à côté, non elle regarde comment ça se passe, elle essaie de comprendre comment ça fonctionne et elle félicite l’infirmière quand je dis que je n’ai pas eu mal. Un passage de relai que je prepare, comme ma mère avant moi.
    Les organes, c’est open bar également, mais je ne me fais pas d’illusion, je suis fumeuse, longtemps en obesité morbide (même si ce n’est plus le cas pour ce dernier) je sais que tout n’est pas bon dans la cochonne que je suis (non ne cherche pas un sens caché)

    Par contre, tu vois, je suis mariée. Avec un homme qui n’a jamais donné son sang. enfin, si contre son gré une fois à l’hopital, ils ont fais une prise de sang pendant qu’il etait shooté et attaché. Ouais c’est moche. Il a une phobie des PDS et des aiguilles, un truc de dingue. quand je reviens de mon don de sang rien qu’à voir mon bleu (oui je marque facilement, un vrai schtroumph) il a les paupières qui tréssaillent et les yeux qui se revulsent.

    Donc lui, non il ne donne pas. Et les organes, il ne veut pas les donner non plus. Même si je ne comprends pas bien ses motivations, j’essaie de respecter ses idées, mais parfois, parfois je me demande si je serai capable de suivre ses recommandations s’il lui arrivait quelque chose ? je n’ai pas la réponse et je n’ai pas envie de l’avoir. Je veux qu’il vive après tout.

    Mais voilà, commentaire sans grand interet, mais j’en profite pour dire que je trouve ça très hypocrite que les homos hommes (tiens tiens) ne puissent pas donner, surtout quand on regarde vraiment les chiffres officiels sur les contamùination et qu’on voit bien que les heteros ont autant de risque. Et je ne parle pas des femmes donneuses qui sont en couple qui pourraient etre cocues jusqu’à l’os sans le savoir (et avec le desarroi je vous mets une hepatite C ?) et à qui ont prends le sang sans trop assisté. perso à chaque don du sang, à la question Ho Combien pertinente du « en couple ? pas de relation extra conjugales ? » je reponds toujours « de mon côté je peux le jurer, mais je ne suis pas dans la verge de mon conjoint », le medecin n’aprecie pas forcement, mais j’aime être honnête.

    J’ai des amis homos, certains se disent hetero et donnent leur sang, se prevalant d’une bonne conscience de gentil donneur, d’autres ne donnent pas pour « ne pas se renier » et certains ne veulent même pas faire la promosion de « l’etablissement français des discriminations » … J’aimerai assez ton avis là dessus.

    Je ne m’étale pas plus, j’ai l’impression de prendre toute la place ^^

    bravo pour ton article :)

  35. ciloucr dit :

    J’ai donné mon sang, j’habitais à côté du don du sang alors j’y allais sur un coup de tête, il est banal mais j’ai beaucoup de plaquette alors j’ai essayé de donner mes plaquettes mais je ne peux pas car mes veines ne supportent pas le retour. J’ai eu 2 grossesses et 2 allaitements longs. Et je n’ai plus donné mon sang suite à un déménagement…Il faut que j’y retourne, la veille je boit beaucoup d’eau et ça se passe très bien.
    Bises et merci pour cette piqûre de rappel.

  36. Agothtale dit :

    C’est un bel article !
    A chaque fois que je vois des affiches de collectes, je me dis que je devrais aller leur demander si je peux ou pas, mais je zappe à chaque fois… bon, je passe ma vie à me faire prélever du sang à l’hosto, donc j’ai l’habitude, mais ayant une maladie auto-immune, je ne sais pas du tout si c’est dangereux ou pas pour le receveur. idem pour le plasma, les plaquettes, les organes, j’oublie toujours de demander à mes médecin si je peux le faire sans mettre en danger les receveurs éventuels.

  37. Jaina dit :

    Coucou :) Encore un super article!!! j’aime vraiment ton blog!

    Bon j’ai presque lu tout les commentaires, j’y reviendrais après. J’espère aussi ne pas être jugée, mais je n’ai pas lu ce que je penses donc bon je me dis pourquoi pas, dis le…

    Je suis quelqu’un d’extra flippe. Je flippe de la mort ou d’avoir une maladie et de certaines douleurs (J’ai eu tellement de migraines que j’ai toujours peur d’avoir ces maux de tête ou tu as envie de te taper contre le mur juste pour avoir mal ailleurs) (Mais promis je me soigne et sans rire ça va mieux qu’il y a quelques années) Bon ça va paraître pousser et peut-être, car quand je vois ta maladie, je me sens ridicule. Complètement. Je ne flippe pas de la douleur de l’aiguille. Non. Je flippe du fait que avec les tests on me découvre une maladie. Quand j’ai un truc qui va pas au risque de me faire jeter des tomates je traîne souvent les pieds avant d’aller chez le médecin qui souvent me diagnostique un truc bénin. Seulement voila, ma maman étant atteinte d’une maladie dégénérative du cerveau je flippe ma race qu’on me découvre une maladie grave ou orpheline de ce style. Je sais que c’est demesurer. Que c’est con. Parfois je me dis que je devrais faire des check up car j’ai aussi de gros soucis de mémoire pour mon age mais je ne le fait pas parce que de nouveau j’ai peur. Une peur de lâche mais je suis comme ça. Je pense au dons du sang, souvent. J’ai envie de le faire et je peux le dire je le ferais sûrement. Surtout que si ça se trouve 1/ je n’ai rien et c’est sûrement le cas ou 2/ cette histoire de peur de la maladie n’a peut-être aucun rapport avec le don du sang. Mais je pense (Même si j’avoue être mal informée) que si ils trouvent quelque chose d’anormal dans le sang ils nous le disent non ?

    J’y pense depuis longtemps. J’ai envie de le faire et finirais sûrement par passer le pas car c’est important pour moi. Et quand je vois ce genre d’article ça me motive car il y a aussi un peu de feneantise, mais beaucoup de peur.

    Ça va paraître ridicule et je le sais bien. Mes parents ont toujours essaye de me tenir a l’ecart de la maladie de ma mère ce qui fait que je n’ai pas énormément fréquenter hosto etc… Nous sommes fort peu entoure donc de nouveau je n’ai pas beaucoup de contact avec ça. Mais je sais que c’est important (Abus de séries médicales ? :D) donc c’est dans ma tête et ça n’en partira pas tant que je ne l’aurais pas fait.

    Pour le don d’organes, c’est un peu différent. Ça fait des années, depuis que j’ai réellement compris ce que c’etait et ce que ça implique, je dis a mes parents et va falloir que je parle sérieusement a mon homme, pour bien leur spécifier que je veux donner. Peu importe a qui (Oui bon si on peut éviter les cas extrêmes… Mais je pense qu’il y a des commissions non ?) que ce soit un fumeur, un buveur, on peut tous faire des erreurs dans la vie et souvent quand ils sont en attente de greffe ils arrêtent. (Enfin de nouveau je ne suis pas assez documentée et je dis peut-être des conneries) Bon je suis peut-être trop naïve. Mais si je peux sauver quelques personnes, peu importe qui, il y aura toujours leurs proches que ça remplira de bonheur et ensemble, ça n’a pas de prix. J’ai même deja dis que si on peut pas donner mes organes, la science peut utiliser mon corps. Qu’il serve a quelque chose plutôt que de nourrir des bestioles dont la je suis littéralement phobique!! Bon j’ai jamais explorer cette voie, mais ça ne me gênerait en tout cas pas du tout!

    Voila, je m’excuse du style d’écriture je suis au taf et j’ai pas pu beaucoup me relire mais bon vous avez en gros ce que je pense la dessus.

    Bisous, Jaina

  38. Je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires (n’effet, on a tous une feignasse au fond de nous ;) ) alors désolée si je fais un doublon, mais tu as oublié de parler du don de moelle osseuse, qui peut être tout aussi important. Perso je donne tout : mon sang, ma moelle, mes organes, c’est 3615 kinenveut. J’ai été « initiée » par mon meilleur ami qui faisait un concours avec sa grand-mère pour être celui qui donne le plus dans l’année (entre les dons de sang et de plaquettes, ça peut aller vite), comme quoi il n’y a pas d’âge ! On y allait souvent tous les deux, et je confirme, y aller avec quelqu’un c’est bien mieux (et on peut partager son sandwich après)

  39. Cali dit :

    Très bon article. Personnellement, je donne mon sang, je donnerais mes organes quand ils ne me serviront plus, toute ma famille connais ma position. Et j’aimerais aller encore plus loin en donnant ma moelle osseuse (un jour je franchirais le pas) et je voulais donner mes ovocytes (oui, je suis comme ça moi!!) mais mon mari ne veut pas.

    Le don du sang est vraiment important, je me dis qu’un jour je pourrais en avoir besoin et je serais vraiment contente qu’il y en ai en stock. J’essaye de convertir le maximum de gens.
    Après pour ce qui est des conditions de dons, je ne suis pas d’accord avec eux en ce qui concerne les gays, je n’ai jamais compris.

    Pour le don d’organes, maintenant il y a le consentement présumé. En gros, si tu n’es pas inscrit sur le registre de refus et que tu n’as pas clairement dit à tes proches ta position, hop, ils prennent. Moi, je trouve ça bien, je pense que cela permet de sauver quelques vies supplémentaires.

  40. yeude dit :

    J’aimerais donner mon sang, mais j’ai une peur bleue des prises de sang, seringues, aiguilles etc. Je tape des crises à l’hôpital quand on doit me piquer, j’essaie de retirer mes perfusions, c’est vraiment incontrôlable… J’ai accouché il y a 3 semaines, je suis très anémiée et j’aurais du être perfusée : J’ai refusé toujours à cause de l’aiguille, c’est nul je sais… Pour me « rattraper », j’ai voulu faire un don de cordon ombilical lors de la naissance de ma fille, c’est indolore pour la mère et l’enfant. Hélas, la délivrance a été trop rapide et ils n’ont pas eu le temps de faire le prélèvement ! Voilà, je ne suis pas courageuse, par contre j’ai ma carte de donneur d’organes, ils seront plus utiles à d’autres quand je ne serais plus de ce monde.

  41. La Mouette dit :

    Je donnerai mon sang volontiers, mais mon 1m70 et mes 46 kgs me l’interdisent… enfin, j’ai au moins ma carte de donneuse d’organe, c’est déjà au moins ça :)

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :