La peine de mort, pour ou contre ? Ce n’est pas la question.

ljl365tw

 

La semaine du 21 septembre, on a beaucoup entendu parler de Troy Davis, les gens se sont indignés, les gens se sont battus, les gens ont fait du bruit. Pour rien. Troy Davis a été condamné en 1991 pour le meurtre d’un policier perpétré en 1989 et a été exécuté par injection létale le 22 septembre 2011 à 05h08 heure de Paris. Depuis, nous sommes le 9 octobre, et plus personne n’en parle.

 

Je n’ai pas trop envie d’épiloguer sur ce cas pour deux raisons:

* La première étant que je n’avais jamais entendu parler de Troy Davis avant le 19 septembre (comme beaucoup de gens finalement, d’où le fait que j’ai exprimé sur Twitter et Facebook que cela me faisait « rire » cette indignation générale… qui n’était ni plus ni moins qu’un effet de masse pour faire « comme le voisin » parce que je ne suis pas certaine que les gens aient pris la peine d’aller creuser l’histoire avant d’oser aller raconter qu’ils trouvaient ça injuste – même si ils trouvent vraiment ça injuste, je ne remets pas ça en doute)

* La seconde étant que je ne connais pas assez bien le cas. Et j’aime bien savoir de quoi je parle avant d’ouvrir ma bouche.

 .

Je me permettrais juste d’émettre mon avis : les accusations à son égard ne se basaient sur rien et il viendra surement rejoindre la – déjà – longue liste des accusés à tort. Selon moi, les Américains ont choisit de l’exécuter pour deux raisons :

           Ils ont une sainte horreur des tueurs de flics

          Il fallait un coupable

 

De toute façon, à partir du moment où l’on fait face à ce type d’histoire, c’est que le cas était délicat et que la « justice » voulait se donner bonne conscience en condamnant quelqu’un (et en sauvant ainsi ses miches des foudres de la famille du (ou des) disparu(s) ainsi que, pour le coup, de la police entière).

 

Bref, disons que cette actualité paraissait être un bon point de départ pour lancer le sujet qui me turlupine depuis un moment. Parce que oui, la peine de mort, ça revient plutôt souvent sur le tapis. J’ai fait quelques recherches et, globalement, le monde (en général) s’est battu pour l’abolition de la peine de mort. Résultat mitigé puisque pas moins de 58 états / pays la pratiquent encore. On peut citer le Japon, les Etats-Unis (mais avec l’actualité je pense que tout le monde est au courant), l’Egypte, le Pakistan… Ajoutons à ceux-ci les pays qui « prévoient la peine de mort pour les crimes exceptionnels » qui sont au nombre de neuf (notamment le Brésil, la Lettonie et la Bolivie). A savoir, aucune exécution n’a eu lieu dans ses pays depuis 1996 (en Lettonie). Notons que pour la Lettonie, crimes exceptionnels est apparemment apparenté à « crimes commis en temps de guerre et dans des conditions aggravantes par des hommes majeurs. »

 

Somme toute assez exceptionnel, donc.

 

Concernant la peine de mort la plupart des gens diront qu’ils sont contre. Je suppose. S’appuyant ainsi sur des arguments tels que « le respect de la vie » ou « l’interdiction des états de décider du droit de vie ou de mort des individus »

 

Seulement, en matière de « peine de mort », avant de se prononcer, il faut déjà savoir de quoi on parle.

 

En effet, commençons par comparer ce qui est comparable. Si vous me demandez, je vous dirais que, pour moi, la peine de mort aux USA est une aberration. Pourquoi ? Parce que là-bas, non seulement vous pouvez vous retrouver en prison pour pas grand-chose, mais vous êtes sûr de faire votre temps. Je suppose que tout le monde a déjà entendu parler des peines cumulatives qui sont appliquées dans ce pays, ou comment se retrouver condamné à une centaine d’années de prison…

 

En revanche, si vous me parler de la France, je pense qu’il y a beaucoup plus à dire. Pourquoi ? Parce que notre système judiciaire, reconnaissons-le, c’est un petit peu de la merde. Mais laissez-moi exposer des faits :

 

Fait n°1 : En France, la prison à perpétuité n’existe pas telle qu’on l’entend (= a VIE).

Article 132-8 du Code Pénal : Lorsqu’une personne physique, déjà condamnée définitivement pour un crime ou pour un délit puni de dix ans d’emprisonnement par la loi, commet un crime, le maximum de la peine de la réclusion criminelle ou de la détention criminelle est la perpétuité si le maximum fixé par la loi pour ce crime est de vingt ou trente ans. Le maximum de la peine est porté à trente ans de réclusion criminelle ou de détention criminelle si le crime est puni de quinze ans.

 

Fait n°2 : La fausse image des conditions en vie en prison.

Voici certains faits que j’ai recueilli sur le net et également grâce à un ami Gardien de Prison : La majorité des cellules font 9m² (dois-je insister sur le fait que beaucoup d’étudiants en France vivent dans cette surface ?), certaines font 12m². La surpopulation carcérale n’existe que dans les maisons d’arrêt (qui abrite les détenus condamnés à un maximum d’un an de prison et les prévenus – les personnes en attente de jugement). La surpopulation dans les maisons d’arrêt est aussi due au fait que certains condamnés à perpétuité y soient installés faute de place dans les centre pour condamnés. Note : le régime des maisons d’arrêt est un régime à portes fermées.

 

Fait n°3 : La « liberté » en prison.

Les détenus peuvent demander à faire certaines activités (ping pong, peinture, muscu, foot, passer le code, informatique, yoga…). Les détenus doivent être dehors au minimum 1h par jours. Le plus souvent ils seront environ 3h30 à l’extérieur (1h15 le matin, 1h15 l’après-midi). Autorisation de 3 parloirs « famille » par semaines, parloir avocat illimité. Les détenus peuvent travailler, et comme tout travail mérite rémunération, ils gagnent jusqu’à 250€ par mois (pour des travaux allant de l’aide en cuisine, au nettoyage des coursives…). Ils peuvent choisir, s’ils le désirent, de suivre un cursus scolaire – de n’importe quel niveau.

 

Fait n°4 : L’accompagnement.

Parce que non, un détenu n’est pas relâché dans la nature comme si de rien n’était. Chaque détenu est accompagné par un Conseiller d’Insertion et de Probation. Ces derniers ont pour but d’accompagner le détenu pendant sa peine et surtout, à sa sortie de prison. Mais vous pouvez lire ceci si vous voulez plus de détails.

 

Alors voilà. Moi ce que j’en dis. Evidemment, il y a eu et il y aura toujours des innocents en prison. Des condamnés à tort. Mais les autres ? Depuis que j’ai commencé les cours de crimino, je m’intéresse beaucoup plus à l’actualité « faits divers » que je ne le faisais déjà. Combien de fois je lis « récidiviste ». Alors non, je ne dirais pas que je suis pour la peine de mort. Je dirais juste que je suis contre le système Français. Qui relâche des gens dangeureux. Qui met en danger des innocents. Et j’irais plus loin en disant que, pour les vrais coupables, pour ceux qui ont commis des atrocités, vivre nourri/logé/blanchit, avoir le droit de faire des études, de « gagner » sa vie… En comparaison du mal fait, ce n’est pas si terrible.

 

D’autant plus que certains jugements paraissent « disproportionnés » par rapport à d’autres :

Deux garçons mineurs tuent un bébé à coups de pierre : prison avec sursis

Un homme (récidiviste) cambriole une maison bourgeoise : 2 ans fermes et 2 ans avec sursis

Un ancien magistrat condamné pour le viol de deux ado : 15 ans de prison

Vol à main armée : 7 ans de prison ferme

 

Comment justifier auprès d’une famille le décès d’un parent, dans des cas comme celui-ci, ou celui-ci.

Alors oui, je comprends – sans être pour – qu’on puisse encore, en France, en 2011, se proclamer « pour » la peine de mort. Même si je reste convaincu que, comme dit dans le titre, ce n’est pas la question. Chez nous, c’est tout un système qui doit changer. Pour que, finalement, la question ne se pose plus.

 

Je vous laisse avec quelques sites que je lis régulièrement:

Faits Divers

Affaires criminelles

Tueurs en série

 

Je serais ravie de lire vos avis sur la question, je ne tenais pas à lancer une polémique ou quoi que ce soit mais à exprimer mon avis, avis que je me permets de porter suite à de nombreuses recherches sur le sujet (j’ai tapé les première lignes de cet article le 23 septembre, vous constatez vous même la date de publication – le jour des 30 ans de l’abolition de la peine de mort en France, joli timing). Je remercie encore V. d’avoir répondu à mes questions,  et voici la liste des sites que j’ai consulté pour écrire cet article : peinedemort, amnestyinternational, society, prison, article.

Rendez-vous sur Hellocoton !


25 réponses à “La peine de mort, pour ou contre ? Ce n’est pas la question.”

  1. lucile dit :

    Ben en fait, sans vouloir faire le mouton, je suis assez d’accords avec tes propos…
    Je suis beaucoup l’actualité « faits divers », je bouquine des livres sur la crimino, etc…
    (d’ailleurs a ce propos va y avoir un truc sympa sur canal+)
    Entre la France et les Etats-unis, je dirais qu’on est a deux extrêmes de la justice…
    Et effectivement, quand je pense que l’on paie (de + en +) nos impôts, en partie pour nourrir/blanchir et élargir l’horizon scolaire et spirituel de criminels tel que violeur, tueur… ça fait mal.
    On parleras pas non plus de la difficulté en France, de demander justice, pour quoi que se soit. (genre moi qui ne peux pas demander leurs compte a certains médecins, parce que de toute façon, leur assurance les couvres, hourra)

    • dellelicious dit :

      En un sens, ça me « rassure » de savoir que je ne suis pas la seule à penser que notre système tout entier – et pas seulement judiciaire – est à revoir !

      • lucile dit :

        Sincèrement, je pense que l’on est beaucoup dans ce cas, le truc c’est que le chantier est énorme, et qu’il faudrait commencer par des petits détails.
        Sauf que, avec l’ego sur-dimensionné de certains politiques, sa part en cacahuète (façon la plus polie que j’ai trouver pour tourner ma phrase ^^)
        Je vais pas dire « de toute façon la politique c’est tous des **** » parce que y a surement de bonnes choses, serait juste temps d’en voir la couleur.

        Y a matière à parler pendant 3jours sur le sujet…

  2. Sophie Pierson dit :

    Je trouve que ton article est vraiment très bien écrit et très bien construit ! Ca donne envi de s’intéresser plus profondément à la question. N’ayant pas assez de connaissances sur le sujet pour alimenter le ‘débat’ je vais m’instruire lool !

    • dellelicious dit :

      N’hésites pas à lire les sites que j’ai mis tout en fin d’article, je n’ai pas voulu écrire quelque chose de trop indigeste mais il y a plein de détails dans les articles !

  3. S. dit :

    Je suis assez mitigée, perso’ je suis contre la peine de mort mais pour la prison à vie.

    Après, le système français peut avoir du bon. Ex : je connais une personne qui a commis un paricide, oui c’est grave, même très grave et on aurait tendance à se dire qu’il n’a plus le droit de vivre normalement… Mais il y a des circonstances qui font que des fois c’est ça ou toi-même mourir donc il faut essayer de comprendre.

    Et le fait qu’il ait eu en prison la possibilité de suivre des cours, de travailler ET de voir des personnes de son entourage à contribuer à faire qu’aujourd’hui il travaille, il n’est plus en prison, toujours suivi mais il est quelqu’un d’intégré.

    Après, c’est un cas exceptionnel je te l’accorde. Et je suis outrée quand je vois tous ces violeurs, tueurs et autres remis en liberté et qui tuent à nouveau… Le système n’est tout de même pas au point!!

    Je ne sais pas si j’arrive à te transmettre ce que je voudrai c’est dur par écrit et mes pensées sont désordonnées je trouve…

    • dellelicious dit :

      Je vois tout à fait ce que tu veux dire, mais le type de personne que tu décris, ce n’est pas le type de personne que je juge dangereux. On a eu un débat cet été avec les garçons avec qui je suis partie en vacances (pour que tu situe un peu), et ils me disaient qu’ils comprenaient qu’on puisse avoir un « coup de sang » envers un proche selon certaines circonstances spéciales et, avec le recul et après avoir lu certaines affaires, je rejoins cet avis. Pour autant, ce genre de tueur n’est pas fondamentalement mauvais.

      Là encore, la justice devrait pouvoir faire du cas par cas mais bon… On est loin du monde idéal et malheureusement, la justice fait ce qu’elle peut (et beaucoup ce qu’elle veut, aussi).

  4. David dit :

    Très intéressant et bien écrit. Je ne suis en rien spécialiste de la question mais j’aime ce genre de grands sujets qui te font la soirée, voir la nuit, autour de quelques verres .. :-)

    Plutôt que de m’interroger frontalement à la peine de mort, je me demande d’abord s’il existe des crimes suffisamment affreux pour justifier d’une sanction exceptionnelle .. Clairement je réponds oui. Au delà des crimes de guerre, j’ajouterai les crimes gratuits, en particulier d’enfants …

    A ces crimes là, la sanction exceptionnelle peut elle être la peine de mort ? Je dis non. Absolument pas pour des raisons morales ou religieuses mais, et ca semblera surement barbare, parce que la peine de mort est beaucoup trop douce pour venir sanctionner de tels crimes.
    J’ai surement la naiveté de penser que la culpabilité, les remords peuvent ronger n’importe quelle âme. Plutôt que de prendre la vie, prendre la dignité me semble bien plus fort. Ca me semble absolument insupportable qu’un criminel ayant commis ces actes exceptionnels puisse encore jouir de sa liberté intellectuelle en étant autorisé à suivre des formations, regarder la tv ou lire ..

    En résumé, concernant les crimes exceptionnels, contre la peine de mort mais pour la perte définitive des libertés, à vie, afin de n’avoir autre échappatoire que de ressasser …

    Et je pense aussi qu’une réforme globale s’impose. Les sanctions pour les crimes, oui, crimes, commis par des automobilistes sous l’emprise forte de l’alcool, soi disant ‘involontaires’, sont particulièrement incompréhensibles.

    Tu sais quoi, tu m’as donné envie de faire un blog aussi, un truc bien chiant, contrairement au tiens, sur l’éco-finance-politique ! :-)

    • dellelicious dit :

      Je ne vois rien à ajouter à ton commentaire. Il est top.
      Et bien lance toi ! Je te promets pas d’y répondre parce que c’est pas trop mon rayon – ni des trucs qui m’intéressent mais qui sait, tu arriveras peut être à m’y intéresser.

  5. OSteEL dit :

    Moui, moyennement convaincu. Je pense que les efforts de réinsertion ne sont pas vains et sont plutôt la voie à suivre. Amener les prisonniers à se rendre compte qu’ils peuvent gagner leur vie honnêtement et qu’ils peuvent finalement trouver une place dans la société ne me semble pas être une aberration.

    Les conditions de vie en milieu carcéral peuvent paraître honteusement bonnes, mais je ne vois pas d’intérêt à enfermer les gens dans un environnement qui va cultiver leur haine du système.

    Évidemment il y a sûrement des aménagements à faire ; après, comme tu dis, je ne peux m’étendre sur le sujet vu les maigres connaissances que j’en ai. Je pense en effet que, comme déjà évoqué plusieurs fois, un des gros chantier est l’instauration d’un cas-par-cas pertinent (mais peut-être l’est-il déjà un minimum, à vrai dire je n’en sais rien :) ).

    Je te rejoins par contre sur l’idée que pour ou contre la peine capitale, là n’est plus tellement le débat.

    • dellelicious dit :

      Mon ami gardien de prison m’expliquait que pour ce qui est du travail, il est souvent mal fait parce que les mecs n’y mettent aucune volonté – et que ça les emmerde. Mais oui, le cas par cas serait l’idéal… mais dans la réalité…

  6. V. dit :

    Bel article ;)

    Concernant la réinsertion dont OsteEl parle, oui c’est un peu une utopie. Je parle des détenus ayant commis des délits (et à plus forte raison des crimes) crapuleux, de façon à gagner de l’argent facile. Ils sont bien conscients qu’ils peuvent eux aussi travailler et gagner leur vie honnêtement, mais ils n’en veulent pas. Ils ne veulent pas se lever le matin pour aller bosser. Ils ne veulent pas bosser tout court. Ils se fichent également d’avoir commis des torts envers des personnes, ça ne les touche pas. C’est incompréhensible pour la trés grosse majorité des gens cet égoïsme exacerbé, mais c’est comme ça. En tant que surveillant, lorsqu’on débute dans le métier, c’est la première chose qui choque.

    Concernant la peine de mort je suis pour, à certaines conditions. Que la personne soit une réelle menace pour la société de façon directe ou indirecte. Quel genre de détenus alors?

    Les terroristes de tous bords (nationalistes, fanatiques etc…), certains personnes fichées au grand banditisme.
    Pourquoi des prises d’otage sont commises dans certains pays envers des ressortissants français? Uniquement pour l’argent? Dans certains cas, oui, mais dans d’autres ils servent de monnaie d’échange avec des détenus très dangereux. Plus de détenus de ce genre, plus de risques… juste quelques exemples, sans verser dans un débat auquel je ne répondrai pas de toute façon: Pourquoi les Américains ou les Chinois ne subissent pas de prises d’otage? Parce qu’ils ne lâchent rien, contrairement à nous. Ils en ont connu, mais il y en a plus. Parmi les otages d’Areva par AQMI, les seuls occidentaux sont des français. Hors, il y a toutes les nationalités européennes, des américains, Chinois etc qui travaillent sur ce site… Etonnant, non?
    Sans parler des risques d’évasions très dangereux pour les surveillants en première ligne, et pour la société en général. Vous souvenez vous de l’évasion de Christophe Khider à la Centrale de Moulin début 2009? A l’aide de C4, il a produit une explosion en plein parloir (pas de blessés, un miracle), il a pris à l’aide d’un pistolet 2 surveillants en otage, qu’il a relâché avec son complice quelques heures plus tard (après les avoir bien passés à tabac, pour le fun). Leur cavale s’est finit 4 jours après, en fusillade sur le périphérique de Paris, après avoir volé plusieurs véhicules différents, agressés et pris en otage des personnes, dont certaines âgées et fragile, avec des enfants… Il avait déjà commis plusieurs évasion ou tentatives, très violentes à chaque fois. Pourquoi garde-t-on cette personne en vie? Pour le maintenir, on le laisse briser des vies de gens respectables. Et des gars comme lui, il y en a plusieurs dans nos belles geôles.

    Ce n’est pas une question toute bête de vengeance, ou de vouloir maintenir en vie pour faire souffrir davantage… Soyons au dessus de tout ça. Mais c’est plutôt de se protéger face à ce type d’individus sans foi, ni lois et qui tueraient n’importe qui sans état d’âmes pour son propre intérêt et qui, de toute sa vie, n’aura jamais un seul remord.

    Concernant les violeurs, pour les primaires (n’ayant commis qu’une seule fois un viol), une sortie au bout de 10 ans, selon le profil serait acceptable, après castration physique ou chimique. A condition qu’ils soient très surveillés jusqu’à leur dernier souffle. A partir du moment ou il ont récidivé… Il ne sortent plus jamais. La très grosse majorité d’entre eux, recommencent et recommenceront TOUJOURS!!! Pensons à leurs victimes…
    Les pédophiles… qu’ils ne ressortent jamais.

  7. Lilith Grey dit :

    Alors alors, comme je te l’ai dit en live pendant que je lisais ton article, bah… Oui le système pénale français est vraiment mal foutu. Et très déséquilibré.
    Je ne vais pas déblatérer des heures. Je suis contre la peine de mort. Mais je suis contre les abérations du système français. Quel condamné purge sa peine de prison en entier ?! Aucun. Il y a des remises de peine énormes. Sur 30 ans de prison, il peu y avoir seulement 10 ans fermes. A quoi ça sert cette peine maximum alors ?!?

    Et puis, la peine de mort c’est pas malin.
    Parce que t’es qui pour décider de ça ?

    Mais… Je veux dire… Si tu castres chimiquement un violeur (pas avec des médocs, il peut arrêter de les prendre quand il veut, mais avec une sonde comme pour les diabétiques), bah c’est pas mieux ?
    Pas parce que ça le soigne… Mais parce qu’il vivra avec la culpabilité (si tant est qu’il en est) tout le reste de sa vie…
    Quand c’est un problème mental (c’est une maladie la pédophilie ?), autant le soigner et restreindre les activités du coupable. Il évitera d’être récidiviste et de tuer ses petites (ou non) proies.

    Et puis bon, jtrouve presque ça plus cruel de laisser un gars vivre avec un poids sur sa conscience, que de le tuer. On est meilleur que lui pour décider de qui doit vivre ou non ? J’crois pas…
    (Ca me rappelle un des débats qu’on a eu en philo en première pendant les cours d’initiations à la philo. J’avais déjà presque tous ses arguments là ! xD)

    • dellelicious dit :

      Certes. Mais y’a des gens qui n’éprouvent pas de remord !

    • Sha Ton dit :

      Le souci (juste pour ta partie sur la castration chimique) c’est qu’un violeur (un vrai, le malade, pas le gros con qui ne comprend pas un non) si tu lui retires sa virilité de manière à ce qu’il ne viole plus, utilisera d’autres moyens pour arriver à ses fins puisque son kiff c’est pas le rapport sexuel, c’est l’humiliation et la possession donc il utilisera des objets ou quoi, mais il continuera toujours.

      Et je suis pour la peine de mort, personnellement. (me tapez pas!)

      • dellelicious dit :

        Ahhh pas con, j’avais pas du tout pensé à ça… Quand c’est pathologique c’est beaucoup plus problématique…

      • Aurore Gallet dit :

        Ca sent la psychologue ça et elle a raison et Mylène on pouvait y penser puisqu’on a fait un devoir sur ça. Le malade ou c’est vraiment des pulsions sexuelles et rien d’autre lui enlever sa virilité ça ne poserait pas de pb puisqu’il sait que ce qu’il fait c’est pas bien , mais l’autre qui ne faisait que filmer lui pourrait le vivre très mal si je epux me permettre de dire ça et déjà qu’il avait un complexe de supériorité et pervers lui pourrait vraiment avoir une attitude encore pire qu’il ne l’avait déjà

  8. PauloBreizh dit :

    Mylène,
    Comme je te le disais sur ton compte Twitter (@myleneuh), je suis contre la peine de mort.
    Si l’émotion qui nous envahit nous ferait préférer cette solution pour les crimes odieux qui remplissent les faits divers, n’oublions jamais que la peine capitale n’est, par définition, pas réversible.
    Qu’en est-il alors des erreurs judiciaires? J’évoquais avec toi l’affaire Patrick Dils : tout indiquait que cet homme était coupable, jusqu’à ce qu’on puisse finalement laisser planer un doute raisonnable, en apprenant que Francis Heaulme pouvait être le tueur. Patrick Dils, si l’affaire s’était dérouler avant 1981, aurait probablement été la victime malheureuse d’une vision jusque-boutiste qui laisse l’émotion prendre le pas sur la raison.
    A voir la plus part des commentaires, et si l’on avait poser la question par référendum avant 1981, je doute que l’opinion publique ait jamais souhaité le retrait de la peine de mort ; il fallait donc l’imposer et je salue le courage des hommes politiques d’alors.
    Pour comparer avec les USA, où la peine capitale est encore utilisée dans certains états : y-t-il moins de crime de sang alors même que la sanction est plus radicale? Pas sûr.

    • dellelicious dit :

      Merci pour le commentaire complet.
      Pour sûr, on en revient toujours au même, il faut que justice soit bien faite pour que les choses « marchent ».
      Utopie, quand tu nous tiens.

      Sinon, je suis tout à fait d’accord avec tes propos.

  9. My Beauty Box dit :

    Ben elle sont gaies tes lectures sur le net…moi je reste sur BonjourHK, j´aime bien aussi!

    Bises!

  10. Aurore Gallet dit :

    Comme promis, bien que ça soit tardif désolée, je te laisse mon avis.

    Tout d’abord j’aime beaucoup ta façon de ne pas prendre partie, tu es très objective et c’est bien. Mais bon ça c’est pas nouveau que tu écris bien ^^

    Pour ce qui est de la peine de mort elle même moi j’ai un avis plutôt tranché là dessus car moi je suis une grosse sadique xD pour moi faut punir le crime par là où il a été commis. Clairement un mec vole, on lui coupe les main, un mec viole on lui coupe son putain d’engin, un mec viole et tue ben on lui coupe l’engin et ensuite on le tue … tu vois ? xD ça ne passerait pas dans le monde mais pourtant je trouve que c’est une bonne façon de faire. Enfin je m’égare, en fait le souci est que dans ce genre de question il y a religion, morale, loi tout plein de choses qui se regroupent en plus du fait que les prisons soient surpeuplée et les cas de possible récidive c’est un gros méli mélo d’un tas de choses.

    Pour moi faudrait faire une étude psy qui dit de façon sûre au plus près possible des 100% s’il peut y avoir récidive ou non (enfin toi même tu sais comme moi que c’est souvent du à un souci dans la tête ou a des antécédents et que même s’il y a que de la petite délinquance dans le passé un fois le passage à l’acte fait c’possible que ça récidive) bref, et une fois ça on laisse le choix aux jurés de la mort ou la prison à perpétuité pour les gros crimes bien sûr mais moi quand je vois déjà que la perpétuité en France c’est 20 ans ça me rend ouf même un mec de 60 ans peut en ressortir à 80 je trouve qu’il y a d’énormes aberrations dans le système judiciaire Français j’en ai encore découvert une l’autre jour en faisant mon devoir de deuxième année mais ça j t’expliquerai de vive voix.

    Je pense donc clairement qu’il faudrait faire un mix entre plusieurs systèmes pour que la justice soit au mieux rendue sans forcément aller jusqu’à tuer à tire larigot bien sûr mais je ne comprends pas qu’on garde un tel système qui relâche des pervers sexuels sur parole d’un psy qui dit il peut se réintégrer bien qu’il y ait un petit risque de récidive et qu’au final il récidive parce que c’est en lui putain et le psy le voit ça … mais je pense qu’il y a un quota et que même leurs rapports sont faussés … (je te dirai ça quand j’aurai réussi à aller voir ce que ça donne)

    En tout cas je trouve que c’est un très bon sujet que tu as abordé et qu’il y a de quoi en dire (la preuve avec ce commentaire) et encore je n’ai pas tout abordé mais concrètement c’est un sujet à ne pas laisser dans l’oubli.

    Pour ce qui est des erreurs judiciaires c’est l’aberration dont je te parlerai je t’en parlerai de vive voix mais bien évidemment si on évitait de foutre qqn en prison juste pour avoir un coupable que l’on ait des preuves ou pas que ce soit Patrick Dils ou que ce soit Jacques Viguier et j’en passe de telles erreurs n’arriveraient pas mais encore une fois c’est le système judiciaire et la pression médiatique qui pousse à faire ces erreurs en plus de la corruption de certaines personnes.

    Bref j’espère que tu m’as suivie dans mon raisonnement bien que ce soit un peu brouillon.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :