Making a Murderer

[Garanti sans spoil]

.

Je sais, je fais un peu de publicité mensongère en classant Making a Murderer dans une thème « série ». Car si MaM est produit par Netflix, c’est avant tout un documentaire (comme il y en a d’ailleurs des tas sur netlix, et des très bons).

.

Dans Making a Murderer, Netflix a voulu suivre l’histoire de Steven Avery, une histoire qui, si elle est peu connue chez nous, est bien connue aux Etats-Unis car elle a beaucoup fait parler d’elle. Cette histoire se déroule en deux temps.

.

steven avery

.

En 1985, à 23 ans, déjà bien connu des services de police, Steven Avery est accusé de viol et tentative de meurtre sur une jeune femme et est rapidement incarcéré. Le premier épisode du documentaire se focalise sur cette affaire, avec des documents d’époque : des vidéos d’interrogatoires, notamment. Steven passera 18 ans en prison pour ce crime… avant d’être innocenté par des traces ADN prouvant qu’il n’était pas le coupable. Il sortira de prison en 2003 et attaquera en justice le Comté qui l’a fait condamner (ainsi que le Shérif et le « district attorney ») en réclamant la somme de $36 millions.

.

.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Le Comté de Manitowok aurait pu être condamné à payer les millions réclamés par Avery et celui-ci aurait grassement terminé sa vie en toute liberté. Sauf que cela ne lui aurait pas valu un documentaire en 10 épisodes d’une heure. Probablement pas.

.

En 2005, soit 2 ans après la libération d’Avery, une jeune femme du nom de Teresa Halbach disparaît dans le Comté de Manitowok, alors qu’elle s’était rendue sur place pour faire des photos pour un magazine de vente de véhicules. La dernière personne à l’avoir vue vivante est… *roulement de tambours* STEVEN AVERY. N’en jetez plus, la coupe est pleine. CONSPIRATION JE CRIE TON NOM. En tout cas, c’est un peu l’effet que ça fait en regardant les épisodes 2 et 3. Là encore, des vidéos officielles sont importées dans le documentaire, des conversations téléphoniques… on parle de faits, de dates, d’ADN, de corps…Je n’en dis pas plus sous peine d’en dire trop.

.

Making a Murderer

.

Making a Murderer est un documentaire très bien tourné, on ne s’ennuie jamais, on suit l’affaire comme si on y était. Je recommande vraiment vivement ce docu, même si, comme toujours, il faut se rappeler qu’on nous montre ce qu’on a envie de nous montrer. Je vous suggère donc, si vous souhaitez aller plus loin que le documentaire, de lire ces différents articles – après avoir vu les 10 épisodes, de préférence – qui parlent notamment de détails de l’histoire laissés de côté par Netflix. Les articles sont en anglais, la presse française se souciant très peu du sujet, donc si vous avez du mal avec l’anglais, n’hésitez pas à me le dire en commentaire et je tâcherai de vous résumer tout ça ^^ :

Steven Avery’s case : Theories

Innocence Project : Steven Avery

Steven Avery : The timeline

What you should read after watching MaM

Rendez-vous sur Hellocoton !


4 réponses à “Making a Murderer”

  1. Juju dit :

    Ce docu m’a fasciné du début à la fin, je dois d’ailleurs à mon tour faire mon article dessus. J’ai pas arreté de gueuler sur la télé, d’être révolté par tant d’injustice. J’ai eu la gorge nouée, puis j’ai finis par pleurer de nerfs… Je veux bien que tu me résumes l’affaire, car j’essaye de continuer à la suivre mais pas évident quand on est pas bilingue :(

  2. anahaddict dit :

    Je ne te remercie pas, car maintenant il FAUT que je regarde cette série/docu ! J’en ai entendu parler et j’ai essayer d’ignorer car je n’ai pas le temps mais.. il va bien falloir que je m’y mette maintenant haha

  3. Julia dit :

    On parle beaucoup des séries sur Netflix, mais trop peu des documentaires.

    Je vais de ce pas mettre celui-ci sur ma liste :)

    Merci pour la découverte !

  4. Juliette dit :

    Merci pour ton avis! J’ai super envie de regarder cette série!

Répondre

%d blogueurs aiment cette page :